Les Dossiers Kennedy T2, un panier de crabes

Pour ceux qui depuis l’élection puis la mort de John Kennedy en 1963 s’était penché sur les origines de l’une des plus puissantes familles de la côte Ouest dans les années trente, et après, on savait que le patriarche, Joseph était un personnage peu recommandable, pro-fasciste, bootlegger à ses heures, ambassadeur des USA à Londres qui va se servir d’informations confidentielles pour agrandir sa fortune. Dans ce tome 2 des Dossiers Kennedy, Erik Varekamp au dessin et Mick Peet au scénario creusent encore plus profond et appuient là où ça fait mal au moment même où le sort du monde se joue à Munich en 1938. Et puis il y a la volonté de Joseph que l’un de ses fils atteigne un jour la magistrature suprême. Il faut donc les former dans ce but. Retour sur un homme isolationniste, corrompu mais qui passera grâce à ses relations et à sa fortune à travers tous les orages en perdant ses trois fils toutefois de mort violente.

Les Dossiers Kennedy En 2009, Joseph P. Kennedy IIIe du nom retrouve son grand oncle, Edward, seul survivant des frères Kennedy de la grande époque. Il lui raconte comment son père Joseph avait envoyé ses frères en Europe comme observateurs au moment où les tensions montent, en 1938 à Munich. Joseph se prélasse en Floride alors qu’il est ambassadeur des USA à Londres. Ce qui déplait à Roosevelt qui le préfère loin des États-Unis au cas où Joseph se mettrait en tête de devenir président. Kennedy est ami de Chamberlain qui va brader la paix à Munich avec Hitler. Mais des bruits de guerre courent en Europe. Joe Junior part en Espagne où Républicains et Franquistes se déchirent. Jack (John en fait) rejoint son père à Londres qui brade ses actions tchèques quand il sait confidentiellement qu’Hitler va envahir le pays. Jack va aider des familles juives réfugiées en Angleterre à fuir vers les USA malgré le mépris de son père. Joe Jr sait que son père est fasciste, pro-franquiste proche de Lindbergh le pilote pro-allemand. Roosevelt le bloque dans toutes ses initiatives.

La guerre en Europe

Avec un peu plus de finesse de vue, Joe Kennedy aurait pu changer le destin des USA au début du conflit mondial. Mais arriviste intrigant trop sûr de lui, il ne pourra éviter l’entrée en guerre des USA et les réélections successives hors normes de Roosevelt. Les auteurs décortiquent l’homme, l’époque et on se met à penser à la réussite d’un Trump pas si loin dans le mental d’un Joe Kennedy. Les Anglais en 1940 vont finir par lui faire la peau, Churchill en tête même si il n’est pas irréprochable. Jack va aller faire un tour en Allemagne nazie. Le bouquin accumule les infos, les détails sur un trait ligne claire parfait dans le contexte. A noter qu’ils sont néerlandais et que leur travail est en tout point remarquable sur tous les plans dont ceux qui traitent d’une part méconnue de la grande Histoire à travers les Kennedy. Fiches familiales et dossier précis clôturent l’album. Un vrai panier de crabe cette saga Kennedy et ce n’est pas fini.

Les Dossiers Kennedy, Tome 2, La guerre en Europe, 16,50 €

La guerre en Europe