Raowl, un bisou ou rien pour l’Affreux

Il s’en passe de drôles au royaume des princesses et des princes presque charmants. Faut pas rêver, ce sont encore les baffes qui marchent le mieux surtout quand on a un physique de bucheron mâtiné avec le faciès d’un pitbull. Dans Raowl, nom du héros, Tebo se lâche avec un humour à envoyer chez un psy toute tête blonde en mal de conte de fées. La Belle et l’Affreux, c’est même pire que la Belle et la Bête. Va y avoir des dégâts car l’Affreux Raowl, pas Raoul, ne fait pas dans le détail pour arriver à faire un smack à une princesse. C’est sa quête. Sauf qu’on se demande qui est-il vraiment ce monstre au grand cœur ? Du dévastateur plein d’humour grinçant, Tebo assure, assume, assène avec un talent évident. Il revisite les contes qui auront du mal à s’en remettre.

Raowl Il a une grande épée et un sale caractère le Raowl. Il décapite, égorge les malfaisants, les cannibales qui en veulent à la belle princesse qu’il doit sauver. Bon, c’est vrai, il n’a rien d’un prince très charmant et la donzelle n’aime pas la viande fraiche qu’il a débité façon bourreau de Béthune. Brutal, le Raowl, coléreux, et pire, obligé à la demande de la pinailleuse de trouver un autre prince disponible. La galère quoi, dans des décors avec des dragons, des châteaux pourris et peut-être un candidat potentiel. Faut voir.

Il n’a pas fini d’en voir de toutes les couleurs Raowl. Tebo lui a concocté des histoires courtes façon parcours du combattant. Il y a jouté un petit truc surprise pour relancer le propos. Original et à découvrir. Faut dire que les princesses sont des bêcheuses enjôleuses. Tebo a mis au monde tout un petit peuple rigolo et un peu tordu qui fonctionne à merveille, fait rire, sourire. On adore les mimiques des personnages, le faciès des méchantes, les situations loufoques. Un Raowl qui a de l’avenir.

Raowl, Tome 1, La Belle et l’Affreux, Dupuis, 12,50 €

La Belle et l'Affreux