Mausart à Venise, la Sérénissime dans tout ses états

Gradimir Smudja est un enchanteur, un poète du pinceau, un envoûtant créateur qui a fait revivre Van Gogh, Lautrec et Mozart. On a retenu Au Fil de l’art mais aussi Le Bordel des muses, Le Cabaret des muses, le très beau Cheval de bois, cheval de vent, Vincent et Van Gogh qui a fait connaître Smudja en France. Enfin Mausart, souriceau qui fait ses gammes dans la piano du loup Salieri à la cour autrichienne. Dans le tome 2, il part à Venise, invité d’honneur et pas vraiment au fait des pièges de la vie. Thierry Joor a pris en main au scénario le destin du gentil Mausart. Smudja a lâché son imagination dans un univers romanesque haut en couleurs bien sûr, peuplé d’animaux humanisés, des planches bourrées de vie, de charme, et d’émotion. Un Mausart que l’on suit émerveillé par le talent de conteur graphique inspiré de Smudja.

Mausart à Venise Il est petit Mausart parmi les passagers de la diligence qui l’amène vers Venise. Il fait une tournée en Italie comme Salieri le lui a demandé. Il est émerveillé par la ville et reçu par un matou souriant, Lopar, qui va le guider, l’installer et lui montrer la ville où les masques dansent. Scènes de foule, jolies souricettes, Mausart rencontre Monsieur Sassin qui a organisé le concert dans son palais. En se promenant, Mausart découvre la boutique d’un certain Stradivarius qui va lui raconter comment il a inventé ses célèbres violons taillés dans le bois d’un chêne virtuose. Mais le gentil Mausart n’est pas au bout de ses surprises.

Élégant Smudja, inspiré Joor, pour ce conte fantasque si bellement illustré, si richement mis en images. Une ballade dans une Venise bouillonnante de vie, Mausart est un personnage attachant, naïf, dont l’avenir pourrait bien ne tenir qu’à un fil. Mais on est dans une histoire où la musique adoucira les mœurs. Charmant.

Mausart, Tome 2, Mausart à Venise, Delcourt, 14,50 €

Mausart à Venise