Une histoire d’hommes, Zep se revisite chez Rue de Sèvres

Une histoire d'hommesDeux aventures qui se rejoignent, celle d’une nouvelle maison d’édition Rue de Sèvres et celle de Zep qui change totalement de style, oublie pour un temps Titeuf et s’essaye à la BD réaliste avec Une Histoire d’Hommes qui paraîtra le 11 septembre.

Pour Rue de Sèvres, c’est le nouveau bébé du groupe L’école des loisirs. Rue de Sèvres s’articulera autour de trois axes, la bande dessinée ado-adultes, tout public et jeunesse, auxquels s’ajouteront aussi des livres illustrés. La nouvelle maison publiera à terme 50 titres au maximum par an. Débuts en septembre. Bienvenue et bon courage dans le monde assez instable de l’édition BD. On peut quand même être optimiste pour Rue de Sèvres non seulement à cause du premier album édité, celui de Zep, et aussi par la solidité du groupe auquel la maison est adossée, L’École des Loisirs, qui s’offre ainsi une collection BD. L’école des loisirs a bientôt cinquante ans, sous la direction de Louis Delas, ex-directeur général de Casterman, qui a repris fin 2012 les rênes du groupe familial.

Une Histoire d’hommes et d’amour

Retour à Zep et à son Histoire d’Hommes. Des copains rockers, un groupe qui explose et le leader qui tire son épingle du jeu. Il devient une star adulée et vit en Angleterre. Sandro, après un incident pendant une audition a lâché le groupe les Tricky Fingers. Vedette, il invite ses anciens copains, quadragénaires, à lui rendre visite chez lui où il vit avec sa femme Annie. Ils ont perdu leur fils de 16 ans dans un accident de moto.

Zep
Zep au Salon du Livre. JLT ®

Retrouvailles à la fois tendues et émouvantes entre Frank, JB et Yvan le parolier. C’est le seul à ne pas s’être remis de l’échec du groupe. Et du départ d’Annie, son ancienne petite amie, devenue la femme de Sandro qui était pour lui plus qu’un frère. Situation complexe dont personne ne va sortir intact. Les vérités se disent, explosent.

Alors la vraie question, celle que tout le monde se posera c’est : qu’est-ce-qui a poussé Zep a radicalement changer de style ? On est loin de Titeuf. Aucun rapport en fait. Zep, qui au denier salon du Livre, exposait les aventures de son héros a choisi le réalisme, le drame sentimental et psychologique. Idem pour le dessin très travaillé, pointilleux. Le scénario a cependant un goût de déjà vu. On sent le travail d’écriture, la volonté de Zep de se donner à part entière. Le découpage et ses gros plans, ses teintes de fond qui jouent sur le temps où les lieux ont une efficacité qui accroche.

Exorcisme cet album ? Pourquoi pas, une sorte de tournant qui présage sûrement d’autres ouvrages de plus en plus élaborés. Zep qui a un très grand talent a volontairement pris un risque. Il a eu raison et surtout le courage de le faire.

Une Histoire d’Hommes, Rue de Sèvres, 18 €