Zaï Zaï Zaï Zaï, Fabcaro et la carte oubliée

Fabcaro signe l’ouvrage le plus détonnant et étonnant de cette fin d’année. Avec Zaï Zaï Zaï Zaï, qui vole de prix en récompense, la dernière à Quai des Bulles, il balade son héros, un auteur de BD dans un monde où la réalité et Kafka se télescope en compagnie d’Alfred Jarry. Ubu roi ? Non. Fabcaro sera en dédicace chez Azimuts le 31 octobre.

Zaï Zaï Zaï ZaïUne banale histoire de carte oubliée, pas une carte d’identité, bleue ou gold, non une pauvre petite bête carte de fidélité de grande surface. Et alors ? Et bien Zorro n’arrive pas mais les ennuis, oui. Car désormais tout s’enchaîne. Notre dessinateur de BD devient un paria, se heurte à un monde surréaliste où tout est détourné et crédible pourtant. Un tsunami, il a déclenché le dessinateur étourdi. Il faut qu’il fuit, poursuivi par une police qui lui veut du bien. Il va rencontrer entre autres une amie d’enfance qui s’en fout complètement mais pas les médias, ni la société qui s’empare de son cas douteux. La fin sera douloureuse, dramatique.Un genou couronné cela ne pardonne pas. La punition sera terrible, sans même une dernière cigarette. Joe Dassin s’en est retourné dans sa tombe.

Une dérision totales, des mots et des situations qui s’entrechoquent, se mélangent, deviennent autant de prétextes à un enfer qui finalement ressemble à notre quotidien. Fabcaro manipule, décalque les « Bofs », nos idées toutes faites, nos petites bassesses et en fait un pot-pourri délicieux, suave et grave pourtant. Humour certes mais qu’il faut bien analyser car derrière se cache la face obscure de nos faiblesses. Imparable.

Zaï Zaï Zaï Zaï, 6 Pieds sous terre, 13 €

Zaï Zaï Zaï Zaï