Gold of the dead, des zombies à l’abordage

Une histoire de bateau hanté, de trésor maudit et de morts-vivants nécrophages, Gold of the dead rassemble tous ces ingrédients savoureux (si l’on peut dire) dignes d’une bonne série B. Début des années cinquante, pas de pitié pour les pilleurs de tombe.

Gold of the dead Au Guatemala, trois aventuriers récupèrent un trésor indien caché dans la jungle. Au passage ils font le ménage et embarquent sur le cargo qui doit les ramener en Europe avec l’or. Dès le départ il y en a un qui a des vapeurs et commencent à avoir des hallucinations où il voit le Raskar Kappat local. Un conquistador sort de la cale et les passagers comme l’équipage se font du souci. Les marins disparaissent et les zombies apparaissent. Chacun pour soit et un dernier baroud pour le chef des aventuriers.

Du violent, bien sanglant, et sans happy-end. Comme quoi, depuis Tintin on sait qu’il vaut mieux éviter de toucher à l’or des Incas. Silvio Panucci et Fred Weytens se sont fait plaisir au scénario de cette aventure maléfique et maritime sur un dessin efficace de Yan Le Pon.

Gold of the dead, Paquet, 15 €

Gold of the dead