Medina, une intégrale pour une série qui décoiffe

Une intégrale qu’il faut absolument lire et relire, tant le scénario de Jean Dufaux et le dessin de Elghorri sont au paroxysme de leurs talents. Medina est une saga qui remet en cause évolution et assimilation dans le cadre d’une science-fiction active et psychologique post-apocalyptique. Des bestioles dévorantes, des Drax venus d’ailleurs, veulent que les humains mutent mais pour cela ils doivent s’emparer de la cité de Medina, dernier Fort Alamo terrestre qui leur résiste.

MedinaDes commandos rentrent à Medina. Karloff dirige une patrouille qui ramène un précieux prisonnier, Hadron une jeune femme qui est enceinte du chef des Drax, ces monstres intelligents qui veulent la disparition des humains. Les mutations virales sont de plus en plus fréquentes et il faut abattre les contaminés. Karloff vit avec Kladia, une tueuse qui fait le ménage parmi les mutants. De nouvelles formes de Drax attaquent Medina et veulent qu’on leur restitue la jeune femme qui porte ce qui pourrait être une nouvelle forme d’évolution de la vie sur la planète. Hadron va mettre en place un piège contre le chef des Drax. Karloff semble lui aussi contaminé.

Il ne faut pas en dire plus pour ceux qui découvrirait cette série réunie en intégrale. Dufaux a magnifiquement écrit cette chronique amère sur la possibilité qu’une espèce en assimile une autre. Une évidence qui met parfois mal à l’aise mais dont on voit bien les conséquences puisque la résistance devient vaine. Et puis il y a le dessin le cadrage, le découpage qui fait de Medina un space opéra magistral. Elghorri transcende le texte et ses influences, Bilal ou Druillet. Qui sont les monstres ? La vraie question qui ne se base pas sur le seul aspect physique.

Medina, L’Intégrale, Le Lombard, 19,99 €

L'Intégrale