Olympus Mons T5, on rebat les cartes

Les affaires reprennent sur Mars et sur Terre c’est le début des hostilités. La fin est programmée mais la solution est peut-être dans ces vaisseaux retrouvés échoués sur les deux planètes. Dans ce cinquième opus d’Olympus Mons, Bec continue à accélérer le rythme. On va de révélations en découvertes. Comment Aaron a-t-il commencé enfant à avoir des visions ? Pourra-t-il s’en sortir contaminé par un curieux virus ? Et sur Mars la cosmonaute russe a-t-elle une chance de changer le destin du monde ? Des réponses, à la Bec, mais pas toutes avec ce dessin éprouvé, réaliste à souhait, précis et très académique de Raffaele. Un déroulé volontairement cassé, brut et parfois déroutant. Bec rebat les cartes.

C’est pendant une opération qui a mal tourné que le jeune Aaron qui s’enfuit avec une agent russe, a commencé à avoir visions et prémonitions. Des ombres hantent ses nuits et il dessine sans le vouloir de curieux dessins. Sur l’océan, les flottes russes et US sont face à face, le doigt sur la détente. Au fond, dans le vaisseau appelé anomalie 1, rien n’est normal. Les Américains veulent la remonter. Sur Mars Elena Chevtchenko parle avec le curieux personnage qu’elle a affronté. Il lui répond et lui dévoile qu’il est une machine avec une intelligence artificielle. Son vaisseau vient d’une planète nommée Terrre comme celle d’Elena. Des Fouineurs, vaisseaux spatiaux, sont à la recherche de la créature qui avoue à Elena Chevtchenko que la Terre sera détruite dans six heures. Et la matrice du compte à rebours est dans le vaisseau loin d’eux. Impossible de la déverrouiller à distance. Il va falloir y aller. Sur l’océan les premiers missiles sont lancés. La guerre commence.

Tendu le suspense. Bec sait y faire. Ils mélangent les séquences, les reprend comme autant de morceaux d’un puzzle dont il est le seul maître. A la limite, il balade son lecteur qui doit rassembler les fils sous contrôle. Alors se pose la question : où Bec veut-il nous emmener ? Un album reste à sortir pour le savoir. Un thriller politique, de la SF, du fantastique et ce fil rouge martien avec Elena. Happy-end ou cataclysme ? Allez savoir. Tout peut arriver.

Olympus Mons, Tome 5, Dans l’ombre du soleil, Soleil, 14,50 €

Dans l'ombre du soleil