Flora et les étoiles filantes, l’amour toujours

Daphné Collignon est une auteure que l’on retrouve toujours avec plaisir. De Malraux (un grand moment) aux Cœlacanthes en passant par Le Rêve de Pierres, elle se balade d’un genre à l’autre tout en illustrant des livres pour enfants avec son trait souple et rond. Cette fois son héroïne c’est Flora une célibataire contrainte et forcée, une divorcée qui va devoir se battre pour réintégrer le circuit et peut-être retrouver l’amour. Une jolie digression sur la quarantaine, le couple et les copines.

Flora et les étoiles filantes Léa, la copine de Flora ne fait pas dans la dentelle. Flora a divorcé et Léa lui balance ses vacheries en vrac. Sauf qu’elle mignonne comme un cœur Flora et n’a pas un rond. Et un divorce ça coûte. Surtout quand on a un gosse et un ex-mari retord. Elle aimerait bien garder sa maison avec son voisin bougon mais sympa. Et si elle tentait les sites de rencontres ? Flora se lance tout en continuant son job de pigiste. Quand elle a découvert que son mari était couvert de maîtresses dont en prime Léa elle pensait être dans son droit et gagner son divorce. Erreur. D’où désormais une certaine crainte des mecs et une image d’elle pas flatteuse.

On aurait voulu en parler plus tôt de ce Collignon sur un scénario de Chantal Van den Heuvel. On rattrape le temps perdu. On l’a lu et relu. Il y a humour et un brin de désespoir dans cette comédie sentimentale. Flora s’accroche et y croit. Nous avec. Le dessin chaleureux et tendre de Collignon donne à Flora sensualité et fragilité. L’histoire est douce, sans complications. Flora c’est un peu de nous tous.

Flora et les étoiles filantes, Le Lombard, 14,45 €

Flora et les étoiles filantes