Deux Boucq sinon rien

Deux rééditions, deux incontournables de François Boucq, des histoires courtes avec Point de fuite pour les braves, délirantes à souhait, iconoclastes, et Un Point c’est tout, vaste divagation graphique et philosophique par l’excellent Jérôme Moucherot au costume léopard sur un texte de Karim. Deux Boucq sinon rien, on n’hésite pas un instant à se plonger avec délices dans ce retour à la surface de classiques incontournables.

Les coulisses du paradis sont ouvertes. Lucienne est en partance pour rencontrer Dieu. Elle aurait peut-être mieux fait de s’abstenir. Antoine aussi, à force de commander des tournées générales, son foie a demandé grâce. Et le reporter qui traverse la rue sans regarder n’a plus la protection de son créateur dessinateur qui le sauvait du pire à chaque fois. 007, Lennon, Saint-émilion, n’en jetez plus la cour est pleine. Du pur délire mais construit, savoureux, drôle, un brin surréaliste. Boucq se lâche comme jamais. A relire pour rire.

Moucherot et le point, c’est un programme. Vaste. La théorie du point qui devient ligne, la fuite du point qui subit des pressions concentriques, sur un texte de Karim Boucq s’en donne à cœur joie. Illustrations et dérapages, inventions et thèses ubuesques, Boucq continue sur sa lancée, du point de fuite au bouton de braguette de Moucherot. Faut le voir pour le croire.

Point de fuite pour les braves, Le Lombard, 14,45 €
Un point c’est tout, Le Lombard, 14,45 €