Interview : Moucherot ou Bouncer, François Boucq un auteur sans limites qui passe du surréalisme au western

Un vrai Janus, François Boucq. En l’espace d’un mois il signe des titres qui montrent au moins deux faces de son talent créatif, sans limites. Avec classe et talent il passe du surréalisme cocasse pur et drôle au western le plus classique.

François Boucq
Un talent multi-formes, celui de François Boucq. Photo Pierre-Emmanuel Richet ®

Boucq est d’abord le père de Jérôme Moucherot, agent d’assurances atypique, un crayon dans le nez, un slip en peau de léopard et un manteau identique qu’il lui faudra dompter avant de le porter. Après dix ans d’absence et un changement d’éditeur Moucherot refait parler de lui. Avec Le manifeste du mâle dominant (Le Lombard, 14, 45€), Boucq tenait « à ce l’on sache tout sur Moucherot, personnage falot en apparence mais un gagneur dans l’âme. Alors, entre humour et délire, j’ai essayé de savoir comment Moucherot fonctionnait. Il est fidèle, rigolo, dominateur sans jamais avoir besoin de s’imposer ».

Le manifeste du mâle dominantUn explorateur colonial vélo à la main, tout au long de l’album, entraîne le lecteur sur la piste des mœurs et coutume de Jérôme Moucherot. « Difficile de savoir ce qu’est un mâle dominant, surtout pour moi ». Du Boucq dans le texte, sérieux ou pas ? « C’est dans le regard des autres que le mâle se reconnaît ». Et une couche de plus, sourire aux lèvres, ironique. Moucherot rugit dans la savane, saute de liane en liane, voyage dans le temps. Un surréaliste Moucherot. Et Boucq un philosophe : « le lecteur a besoin d’étrange. Je n’ai pas de limites. J’ai déjà en tête la suite. Quels sont les principes qui permettent à un être humain de se bâtir ? ». À suivre.

BouncerAvec le second titre, retour au réalisme pur jus. Encore que Moucherot… Le Bouncer, le manchot le plus rapide de l’Ouest, le patron du saloon l’Inferno, se retrouve embarqué dans une chasse à l’homme concoctée par Jodorowsky et Boucq. Le tome VIII chez Glénat a un titre explicite, To Hell (14,95 €).

La femme enceinte de son meilleur ami est froidement abattue. Le coupable, le fils du patron d’un pénitencier, un psychopathe. « Un destin tragique celui du Bouncer. Un type peinard, héros malgré lui dans un cadre hors normes, ce pénitencier scène de sa vengeance ».

Déterminé le Bouncer et un album qui va le mener en enfer dont on va reparler dans Ligne Claire. Dernier détail de Boucq : « Je suis aussi sur la suite du Janitor, agent secret du Vatican ». Mieux que Janus, Boucq, un multi-faces.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 vote(s), moyenne: 4,00 étoile(s) sur 5)
Loading...
En lire plus sur: