Mondo Reverso, western transgenre et subtil qui aura une suite

Iconoclastes Bertail et Le Gouëfflec ? Pas si sûr. Il nous avait prévenu Dominique Bertail au festival de Sérignan que leur western transgenre, Mondo Reverso, allait souffler un air nouveau sur les vastes plaines de l’Ouest. De quoi faire sortir de sa tombe John Wayne ou Gary Cooper et achever Clint Eastwood. Les femmes sont devenues les mecs, les grandes gueules, les fines gâchettes et les hommes portent des robes à crinolines, fières de leurs nanas déjantées. On se souvient d’un précédent les amateurs de Johnny Guitar ? Prépublié dans Fluide Glacial, Mondo Reverso est désormais un bel album marrant à souhait dans la saga du western qui n’en finit pas de reprendre des forces ces derniers temps. Mais fallait oser, le duo. Pari réussi.

Et une suite comme l’a confirmé Bertail à ligneclaire à la dernière Comédie du Livre à Montpellier déjà annoncée dans Fluide Glacial avant, mais chut, un album dans un Paris du futur avec un scénariste vedette.

Mondo ReversoUn époux ramené de force qui se prétend un homme libre, elle rigole la Mamie, la shériff du coin. Quand elle apprend que Cornelia est en ville et regarde faire trempette une bande de beaux mecs, elle n’est pas contente. Sauf que l’Indienne qui lui flanque une flèche dans la gorge ne l’est pas non plus. Razzia sur les étalons, les ex-squaws ont enlevé les hommes blancs. Dans un train un beau frère (enfin une bonne sœur) se flanque en l’air. Suivi par un mec Lindbergh qui va se transformer en femme du nom de Suzette en se déguisant. Dans le désert Cornelia est sauvée de justesse par Emitt, une pasteure qui a la Winchester agile. Les deux cow-girls arrivent à Yuma et se retrouvent dans un bar bizarre de travestis. Et oui après tout, pourquoi pas. Pour Emitt le pays part en sucette. Quant à Suzette sa rencontre avec la terrible Mumu lui fait découvrir des horizons insoupçonnés et un philtre magique à trouver d’urgence.

Dédicace de Dominique Bertail
Le couple vedette de Mondo Reverso par Dominique Bertail. JLT ®

On alterne les parcours de Cornelia femme mec, et de Suzette homme nana. A coup d’épisodes en quelques pages. Cornelia est une outlaw, Suzette aurait des dons capables de refaire redevenir femme la méchante Mumu à laquelle un appendice gênant pousse entre les jambes. Va lui falloir de l’aide au Suzette qui va tomber bien sûr en face de Cornelia.

Et en voiture Simone à la poursuite d’un mec, ex-femme qui serait au courant d’un philtre pour renverser la vapeur. Un superbe délire bourré de clins d’œil ce Mondo Reverso. Une traque impitoyable dans le désert de la Mine de l’Allemand perdu. Avec de l’amour aussi, de la tendresse, une bonne migraine très masculine, du duel, du massacre, et une Mumu qui ne fait pas dans le détail mais a de l’avenir côté Barnum. La traque continue, on s’esclaffe, et le dessin de Bertail est au summum, réaliste, picaresque, un soupçon caricatural mais sans jamais forcer la dose. Textes et dialogues accrocheurs, un OVNI sympa cet album.

Mondo Reverso, Tome 1, Cornelia et Lindbergh, Fluide Glacial, 16,90 €, Version luxe toilé, 21,90 €

Mondo Reverso