Le Jour où il a suivi sa valise

Une prise de conscience, un retour sur soi dans le cadre d’un voyage méditatif mais qui ne sera pas en fait le vrai déclencheur. Dans Le Jour où il a suivi sa valise, BeKa au scénario et Marko au dessin toujours aussi éclairé, donnent une vision sereine, intelligente et positive de ce que nous devrions vraiment faire pour sortir en douceur des sentiers stéréotypés sur lesquels nous passons nos vies bien trop courtes pour être gâchées. Leur héros sera le jouet, au moins dans un premier temps, du hasard, et, ensuite, découvrira au fil des rencontres qu’il y a une possibilité de s’extraire d’un quotidien sans grand intérêt. Ou pas, question de choix, avec au moins une possibilité qui existe. Un album thérapie, qu’il faut prescrire sans modération. Un quatrième titre dans la série Le Jour où (Le Jour où le bus est reparti sans elle).

Le Jour où il a suivi sa valise Guillaume va accompagner sa copine Solène dans un voyage méditatif pour se ressourcer à Bali. Mais il n’est pas très chaud pour participer aux séances ésotériques prévues. Il y aura un gourou, Jean-Eudes mais Guillaume n’a jamais été très fort pour prendre des décisions, faire des choix. Cela le fatigue. Un peu dans la lune, Guillaume. Départ pour Bali et problème de bagages perdus à l’arrivée. C’est Guillaume qui va s’y coller pour les attendre et rejoindre ensuite le groupe. Pas vraiment perturbé Guillaume de se retrouver seul. Un chauffeur arrive avec les bagages le lendemain. C’est Dharma qui passe son temps au téléphone au volant de son camion. Guillaume le trouve ennuyeux. Première impression, fausse bien sûr.

Il faut laisser à cette balade balinaise tout son mystère, sa saveur initiatrice. Qui est Dharma ? Guillaume sera le patient à l’écoute d’un monde qu’il va découvrir peu à peu. Une thérapie mais pas telle qu’on pourrait s’y attendre avec nos certitudes occidentales, nos prétentions de monsieur je sais tout. Beka et Marko font œuvre d’initiateurs avec cet album qui devrait être remboursé par la sécu. De la douceur, une réalité sur laquelle on peut jouer, avec des histoires exemples bien connues pour certaines comme le Magicien d’Oz, expliquées, mises en perspective. Une belle histoire, une belle bouffée de fraîcheur apaisante pour les insatisfaits que nous sommes souvent de nos vie, à juste titre. La solution existe avec nos propres fictions et notre scénariste intérieur infatigable qu’il faudrait mettre au pas. A méditer pour se retrouver.

Le Jour où il a suivi sa valise, Bamboo édition, 15,90 €

Le Jour où il a suivi sa valise