Neonomicon, quand Moore revisite Lovercraft

Neonomicon Alan Moore a aimé Lovercraft. Neonomicon reprend quelques uns des thèmes du romancier le plus fantastique au sens propre du terme. Deux agents du FBI vont mettre leur nez dans une affaire incroyable, monstrueuse et pourtant vrai.

A New York, un ancien flic Aldo Sax est en prison. On le considère comme fou. Son discours, pour l’agent Brears qui enquête sur des meurtres rituels, est totalement incompréhensible. Avec son équipier Lamper elle remonte la piste d’un homme qui porte un masque sur le bas du visage. Brears réussit à se faire admettre dans un groupe qui sous prétexte d’échangisme va l’amener au bout de l’enfer et face à une créature aquatique terrifiante.

Il faut aimer le genre. Moore sait admirablement faire monter en puissance une histoire dans laquelle la violence et le fantastique le plus dur se mélangent. On y ajoute une part mystique. On croit qu’il y a une frontière entre la réalité et la fiction. Pas chez Moore. Rosemary’baby et La Créature du lac noir même combat sur un dessin de Jacen Burrows très efficace.

Neonomicon, Urban Comics, 17,50 €

Neonomicon