Les Collectionneurs, un florilège de cas douteux mais drôles

Un parfait délire à plusieurs mains et cerveaux sur le thème de la collection mais en tout genre. Jean Solé a signé la couverture de ce recueil savoureux et bourré d’humour souvent noir. Margerin a illustré la der de couverture. Baloo a concocté tous les scénarios et au générique dessin il y a du beau monde, Aris, Bessadi, Di Martino, Eco, Philippe Foerster, Jürg, Mig, N’Guessan, Olivier Supiot, Toshy et Trass’Bill. Les Collectionneurs font quand même partie d’une curieuse dimension. La preuve.

Les Collectionneurs Il aime les pipes et les blagues à tabac. A chacun ses vices, on connaît. Mais quand sa femme, une vieille peau acariâtre flanque à la poubelle sa préférée (de blague), il voit rouge le brave garçon. Va y avoir représailles mais dans son thème, blague à part. Au suivant, le tatoué intégral qui ne supporte plus de ressembler à rien, décoré de la tête au pied et on en passe. Impossible d’effacer ses tatouages, à moins qu’une rebouteuse ardennaise s’en charge. Définitif par contre le résultat.

Encore deux pour la route de ces collectionneurs volontaires ou marqués par le destin. Un jeune Vietnamien dès l’enfance saute sur une mine, se fait crever un œil, devient un SDF quand il gagne à la loterie mais ne devrait pas, par contre, s’arrêter en plein milieu du carrefour. La poisse totale. Et enfin le collectionneur BD mais que cherche-t-il à courir après les auteurs ? Dédicaces, originaux ? Non, à découvrir. Surprise !

Les téléphones, les femmes, les voitures, les objets en sucre, pour tous les goûts, c’est le cas de le dire, avec une fin inattendue, Les Collectionneurs est un joli florilège de cas douteux mais drôles. Et on flirte avec l’authentique parfois. Un collectionneur vous le dit.

Les Collectionneurs, Éditions du Long Bec, 13 €

Les Collectionneurs