Batman the world, un grand voyageur

On avait annoncé sa parution. Et son passage au Carrousel du Louvre le 17 septembre dernier. Batman The World, le Chevalier Noir est une compilation d’histoires courtes, toutes sous des angles différents et écrites, dessinées par des auteurs de tous les pays. On avait cité au générique Mathieu Gabella et Thierry Martin mais ils ne sont pas seuls, et pour cause. Un album qui déménage et ouvre des perspectives alléchantes sur le justicier, surprenantes et qui ont du répondant.

Batman The World

On va commencer par les Français qui viennent juste après les Américains. Le trait est clair et le cadre c’est le Louvre. Une Batwoman taquine qui surnomme Batou le héros, trop mignon. Une invitée de marque qui fait la gueule mais a un lasso de vérité qui va enfin délivrer Batman d’un lourd secret. Rigolo. Paco Roca est lui aussi de la fête. On aime son dessin ligne claire, un Batman qui vire beauf touriste à gros bide. On se rassure. Il va se récupérer le Batman. Les auteurs de Gung Ho sont là. Benjamin Von Eckartsberg et Thomas Von Kummant invitent le Joker et le dérèglement climatique. Faut nettoyer par le vide et les Allemands sont déprimés d’après le Joker. Écolo-fasciste, rien que ça. Une histoire russe et un stylo à l’effigie de Batman, un dessinateur qui fait le voyage et le rencontre pour de bon.

Japon, Chine, Brésil, Pologne, Turquie et d’autres, ceux déjà cités, ce Batman the World est un sympathique morceau de bravoure. Une anthologie de sketches inédits qui fait aussi voyager Batman aux quatre coins de la la planète en ébullition. Un bon thriller que l’on dévore.

Batman the world, Urban Comics, 18 €

3.2/5 - (4 votes)