Melvina, une élue charmante

Un beau livre pour enfants, un titre Jeunesse plein de charme, d’émotion et de vie. Melvina est signé par Rachele Aragno qui a gardé longtemps gardé dans ses cartons ce roman graphique réjouissant. Melvina est une petite fille à grosses lunettes qui est trimbalé de ville en ville par ses parents pour raison professionnelle. Jusqu’au jour où son avenir va prendre une drôle de tournure. Vivement qu’elle grandisse et que Melvina puisse dire leurs vérités aux adultes. Mais avant il va se passer plein de choses dans un pays merveilleux. Un trait souriant, léger, inventif un soupçon Disney pour ce conte tendre au mille et une péripéties fantastiques et sentimentales.

Melvina

Elle sait que ses parents vont bientôt déménager avec elle. Melvina en a ras le bol. Un peu casse-cou elle suit son chat Ottavio sur le toit de l’immeuble. Dangereux mais en glissant Melvina se rattrape et tombe dans un appartement voisin où il y a de bien curieux personnages à corps humains mais à tête d’animaux qui semblent l’attendre. Un renard, un hibou, une belette et un vieux monsieur Otto lui montre un livre de la vie qui devrait lui permettre de comprendre son nouveau rôle, affronter Malcape. Melvina peut désormais ressusciter les animaux morts. Et Otto lui raconte sa propre aventure quand il a accompagné son père à la chasse pour l’empêcher de tuer des oiseaux et des biches. Puis Otto va découvrir l’arbre tout sec qu’il a fair repousser. Mais Otto doit un service à Malcape et il n’y a que l’élu qui peut le battre. Melvina est-elle l’élue ?

Melvina

Rachele Aragno a emprunté et enrichit des classiques du genre comme Alice. Sa palette de personnages est réjouissante. La reine sans corps à qui on aurait coupé la tête mais Melvina va intervenir, Melvina qui adore les cimetières avec des enfants qui attendent de naître, les abeilles qui nourrissent les bébés sur la rivière, la quête de Melvina pour contrer Malcape va aussi lui offrir de beaux moments de joie malgré le terrible et diabolique Malcape. A lire en dégustant, sans se presser un joli titre pour l’été. Sortie le 21 août.

Melvina, Dargaud, 19,99 €