Fleur de Nuit T2, dramatique et noir

Un trio tragique dans une Italie fasciste puis sous domination allemande, le premier tome de Fleur de Nuit avait été une découverte à plus d’un titre. On touchait du doigt la réalité de ce qu’a été non seulement la seconde guerre mondiale sur la péninsule italienne, les accords entre Hitler et Mussolini, l’ambiguïté des relations entre deux peuples soumis à des dictateurs tout en l’ayant voulu. On retrouve Ester, Jacopo Maca son frère juifs, et Hans Von Ströbitz, allemand et leur ami d’enfance, désormais confrontés à leurs propres chances de survie. Encore que dès les premières pages du premier tome on pouvait supposer qu’elles étaient minces. Giovanna Furio et Marco Nizzoli au dessin signent un diptyque bouleversant au trait soigné et réaliste au sens propre du terme.

Âmes au crépuscule

1943, en septembre l’Italie demande l’arrêt des combats aux Alliés qui ont envahi le pays. Mussolini est arrêté ce qui va mettre Hitler en fureur. Les Allemands considèrent désormais l’Italie comme un ennemi. Jacopo, médecin, recherche Hans devenu un membre influent de la SS. Ester aide les résistants qui veulent faire sauter l’usine du père de Hans, Von Ströbitz. La maison d’Ester et de Jacopo est devenu la résidence du général allemand commandant Venise. Leur mère est la maîtresse de Von Ströbitz. Le général a formé Hans dans la SS. Et il est une menace pour Von Ströbitz. Hans vient à Venise pour détruire la résistance.

Fleur de Nuit

Tout va aller finalement très vite pour le trio. Des retrouvailles, des choix, des représailles, un chantage à la mort et une issue noire comme le mal, malgré l’amour que ce sont portés Hans et Jacopo plus jeunes. Le scénario est très travaillé, bien construit, d’une grande lucidité et authenticité. On avait fait référence au cinéma italien avec Le Général Della Rovere de Rossellini. C’est un compliment auquel on rajoute la perspicacité créatrice, la fluidité graphique. Un drame qui ne pouvait que mal finir. Encore que… Un grand et rare moment.

Fleur de Nuit, Tome 2, Âmes au crépuscule, Glénat, 15,50 €