6 Juin 1944, Omaha Beach avec Robert Capa

On commémore aujourd’hui le 70e anniversaire du débarquement de Normandie, le 6 juin 1944. Sur la plage d’Omaha Beach, qui sera surnommée Omaha la sanglante, il y avait un photographe. Robert Capa sera le seul à prendre des clichés des premières minutes du débarquement, parmi les GI’s qui meurent. Les clichés de Capa sont historiques mais ils ont aussi leur histoire, celle que raconte Morvan, Séverine Tréfouël, Dominique Bertail et Bernard Lebrun dans un remarquable album à l’italienne, coédition Dupuis et Magnum Photos.

Omaha BeachRobert Capa est l’un des plus mythiques photographe de guerre. En Espagne il sera de tous les combats entre Franquistes et Républicains. Il y perdra sa compagne Gerda Caro avec laquelle il couvre la guerre. Sa photo, la mort en direct d’un milicien bras en croix fera le tour du monde. Dès le début de le seconde guerre mondiale il sera aux côtés des troupes US où à Londres, en Sicile et en Italie avec les Alliés. Sélectionné avec quelques autres pour accompagner les premières troupes débarquées le 6 juin 44, il choisit un bataillon qui ira à Omaha Beach. Bertail dessine Capa, sa préparation, sa traversée de la Manche vers la Normandie, l’arrivée sur le sable que mitraillent les Allemands sans relâche. Capa est au cœur même de l’évènement du siècle. Il prend ses photos, essaye de ne pas être touché, termine ses pellicules, veut recharger son appareil et rembarque sur une péniche. Il avouera avoir paniqué mais qui peut lui en vouloir, lui qui a frôlé la mort toute sa vie et la trouvera en reportage en Indochine en 1954 où il saute sur une mine ? Il avait quarante ans.

6 juin 1944

Quatre pellicules seront développées. Trop vite. Trois seront brûlées. Sur la seule qui reste onze photos sont exploitables. Un négatif sera perdu. Les dix restants ce sont ceux que l’on connaît et qui sont rassemblés dans l’ouvrage après les planches de Bertail. Les textes qui suivent, largement illustrés par des photos de Capa, montrent toute la singularité du personnage, son talent innée pour le photo journalisme dont il est l’un des pionniers.

Capa est une légende dans le club très fermé des photographes grands reporters. Il avait la photo dans les gènes. Il restera à jamais le seul à avoir débarqué sous le feu ennemi à Omaha Beach. L’album est à lire absolument.

Omaha Beach, 6 juin 1944, Dupuis Aire Libre, Magnum Photos, 15,50 €