Après-Guerre, la fin du cycle

On est à la fin des années quarante. Les conséquences de la seconde guerre mondiale sont palpables en Belgique pour les héros de la série de Warnauts et Raives, Les Temps Nouveaux, qui débordent aujourd’hui sur le diptyque de L’Après-Guerre.

Après-GuerreThomas Deschamps a tout fait pour qu’à Prague sa compagne Assunta soit libérée des camps soviétiques. Elle arrive à tromper la surveillance de ses gardes du corps pendant que Bénédicte retient ses gardiens. Bénédicte part en Israël qui bientôt va devenir une nation. De Berlin à Bruxelles et à Paris en 1949 les destins se remettent en place. Le blocus est levé en Allemagne qui est désormais divisée. Alice se remarie mais l’occupation et la collaboration ont laissé des traces. La guerre froide est ouverte et celle d’Indochine a commencé. Assunta n’a plus envie de vivre. La Belgique retrouve son roi et Wallons et Flamands s’affrontent. Baudouin prend la place de son père qui abdique. Thomas part chercher fortune au Congo belge qui deviendra indépendant dans les années soixante.

La boucle est bouclée. Le duo Warnauts et Raives braque son projecteur sur l’histoire contemporaine de la Belgique que l’on connaît mal en France. Depuis le début des Temps Nouveaux à Après-Guerre, on plonge dans ce qui a, comme en France, provoqué passions et haines, courage et lâcheté. Leurs personnages sont multiples, divers, et vrais, ce qui fait leur force et la crédibilité de cette série. Quant au scénario ou au dessin , jamais Warnauts et Raives n’ont déçu. Bien au contraire cette fois encore.

Après-Guerre, Tome 2, Blocus, Le Lombard, 14,99 €

Blocus