Mickey par Tébo, sacré pépé

Un Mickey grand-père et un brin ratatiné, un arrière-petit neveu qui écoute ses aventures épiques, Tébo a signé son album sur le thème revisité de la plus célèbre souris au monde dans la collection Glénat qui lui est consacrée. En histoires courtes plutôt déjantées, Tébo se balade de façon très linéaire dans des décors, avec un style qui, on ne sait pas pourquoi, fait penser à une version primitive de Mario sur Nintendo. De là à confondre Pat Hibulaire avec Donkey Kong il n’y a qu’un pas. Mickey par Tébo, c’est un souffle de liberté assez iconoclaste et parfois surréaliste, petite souris à grandes dents et grosse bouche qui va rencontrer une Minnie pimbêche à souhait.

La Jeunesse de MickeyIl a encore sa tête pépé malin avec ses lunettes de myope.  Et pour arriver à attirer l’attention de son arrière-petit-neveu il va lui raconter sa vie, son œuvre. Cow-boy, grâce à Dingo l’Indien anti-culottes rouges il aura une carte au trésor. Mais Mickey est un pied-tendre, une ballerine parce qu’il vient de la ville. Pat Hibulaire  lui pique la carte et Mickey prend le train qui déraille.  Araignée géante et yaourt périmé, Mickey s’en sortira-t-il car de nouvelles aventures l’attendent. Il y aura Les Prisonniers dans le bayou va lui permettre de rencontrer la souris de sa vie, Minnie. Et une fois de plus flanquer une rouste à Pat Hibulaire. Mais il aime bien transformer la vérité Mickey. Ce qui ne l’a pas empêché de vivre le grand amour avec Minnie.

Il fera aussi un petit tour dans les tranchées aux commandes de son avion, affrontera les casques à pointe et Dingo, son fidèle mécano le suivra. Et enfin on saura tout sur le chocolat dont il a été le magnat quand il était prohibé. On retrouve cette aspect de jeu vidéo dessiné en particulier dans la double page de cette dernière histoire ou dans La Course aux étoiles. Tébo a lâché la bride à son imagination. Il a revitalisé le personnage et en a fait un vieillard qui vit de ses souvenirs de jeunesse. Fallait oser. Trop peut-être parfois mais avec humour et décalage. Ensuite il a aussi intégré aux dialogues un style et un ton spécifique, irrévérencieux. Un album où l’on sent implication et volonté de découverte, de proposition mais qui peut dérouter. A suivre avec le Mickey de Loisel.

La Jeunesse de Mickey, Glénat, 17 €

La Jeunesse de Mickey
Tebo ®