Midnight Nation, à la recherche de l’âme perdue

Un flic à qui on vole son âme et qui veut la récupérer, des morts-vivants qui n’ont pas réussi à le faire, Midnight Nation est un road-movie fantastique à la Stephen King. On suit pas à pas les tourments de ces gens entre la vie et la mort que le Diable attend avec impatience.

Midnight NationDavid Grey est policier à Los Angeles. Il est tué en pleine action sans qu’il le sache vraiment . Il se retrouve à l’hôpital mais personne ne ne le voit plus. Seule une très belle jeune femme, Laurel, l’approche et lui explique les règles du monde dans lequel il vit désormais, entre la vie et la mort. Privé d’âme par des démons, les Marcheurs, il doit essayer de la retrouver. Avec Laurel pour l’aider Grey part à pied vers New York. Tout au long du chemin il découvre des femmes et des hommes comme lui terrifiés par les Marcheurs qui n’ont pas réussi, eux, à récupérer leur âme. Grey et Laurel finiront par éprouver de l’amour l’un pour l’autre mais le prix à payer sera terrible.

Une série qui a vu le jour au début des années 2000. Cette édition intégrale de Midnight Nation est un vrai bonheur. Le destin de Grey est en fait une sorte de condensé de ce qu’est la vie, les choix, les renoncements, les trahisons mais avec un final optimiste sur les capacités de l’homme à se racheter. Il y a beaucoup de désespoir mais aussi d’espoir dans le personnage. Michael Straczynski et Gary Franck, aussi bien pour le scénario, le découpage et le dessin signent une aventure éprouvante mais prenante que l’on lit avec ferveur.

Midnight Nation, Delcourt, 27,95 €

Midnight Nation