Balle tragique pour une série Z, pris au piège

Il est de retour le cavalier de la nuit avec son cheval et son grand chapeau mais comme arrière plan d’un polar dans la plus pure tradition des années 50. Dans Balle tragique pour une série Z, un acteur de seconde zone va se retrouver, malgré lui, propulsé dans une affaire de meurtres dont on aimerait lui faire porter, justement, le chapeau. On tourne les aventures Zorro bien sûr avec Guy Williams. Jimmy, escrimeur hors pair, fait de la figuration avant d’avoir le premier rôle, mais pas comme il l’espérait. Couleur sépia et voix off, Pascal Regnauld (qui a repris Canardo) a dessiné bien dans le ton cette histoire à tiroirs de Roger Seiter. Pauvre Jimmy, le diable l’a choisi.

Balle tragique pour une série ZJimmy tourne dans Zorro, le nouveau feuilleton de Norman Foster. C’est pas la gloire. Son agent, Brenda, lui trouve de petits rôles. Cette fois c’est grâce aux talents d’escrimeur de son poulain qui donne la réplique à Guy Williams. Au passage, Jimmy en profite pour avoir une liaison avec Sally Davis, une belle brune à l’avenir prometteur côté studios. Dans un duel, Jimmy est blessé par Williams et en prime un maffieux qui lui a prêté 5000 dollars aimerait bien revoir la couleur de son fric. Sans compter qu’un flic, Jason Boyd, est persuadé que Jimmy a tué sa femme qui a disparu. Pas vraiment gâté par le destin Jimmy. Pour un rôle, Sally accepte les avances d’un producteur et largue Jimmy. Ce qui donne un joyeux papier à la « commère » d’Hollywood, Hedda Hooper. Brenda tente d’aider Jimmy qui est obligé de trouver comme il peut l’argent à rembourser. Hedda reçoit un colis piégé face un lézard carnivore qui lui bouffe un bras. Brenda et Jimmy ont une brève aventure à laquelle il ne donne pas suite.

A suivre mais dans l’album. Dans un polar, tout tient au suspense et, il faut reconnaître que Seiter a su faire monter la mayonnaise tout en diversifiant les pistes. Le Jimmy va en faire des tonnes sans se rendre compte qu’il est à la fois un pion et une cible. Le cadrage et le découpage est aussi très film noir, efficace et bien balancé. On plonge sans sourciller dans cette histoire tordue que l’on lit avec plaisir. Un excellent moment qui a la saveur, dans le style, de Il faut flinguer Ramirez. Avec des anecdotes sur la série culte qui fait encore les beaux soirs, colorisée, de France 3.

Balle tragique pour une série Z, Glénat Treize Étrange, 17 €

Balle tragique pour une série Z

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*