Tout Marcel Pagnol, des Souvenirs d’enfance à Merlusse ou Topaze chez Grand Angle

Marcel Pagnol est un des rares authentiques monuments de la littérature populaire française du XXe siècle. De la trilogie, Marius, Fanny, César à La Femme du boulanger, Topaze. Pagnol, génial assembleur de mots simples et de sentiments humains, a aussi marqué son temps par ce qui reste de lui le plus intime, ses Souvenirs d’enfance connus en particulier par leur adaptation réussie sur grand écran. Cette fois Pagnol passe à la BD. On n’oublie pas que Ferrandez avait déjà signé un très fidèle Manon sous le titre en deux albums de l’Eau des collines. Grand Angle a donc choisi d’aller plus loin en adaptant non seulement Les Souvenirs d’enfance, La Gloire de mon père, mais également une pièce de Pagnol, Merlusse, un conte de Noël qui a toute la saveur des récits familiaux et édifiants des années trente. Une excellente idée pour tous les publics qui permet de revenir vers un auteur inoubliable. Topaze est prévu aussi au programme en deux tomes ainsi que la trilogie marseillaise.

La Gloire de mon père Ce n’est pas vraiment la peine de rappeler les souvenirs d’enfance. Les meubles achetés chez le brocanteur pour meubler la bastide neuve, l’oncle Jules, le petit Paul, Joseph le père homme de bien et socialiste anticlérical et les bartavelles, le coup du roi, ceux qui ont lu et relu Pagnol connaissent par cœur La Gloire de mon père. Il n’y a pas encore Lili, ce sera pour Le Château de ma mère. Serge Scotto et Eric Stoffel ont mis en images Pagnol. Pour La Gloire de mon père, le dessin est de Morgann Tanco. Pagnol enfant est conforme à l’idée que peut se faire de lui un lecteur. Il est débrouillard, intelligent et en adoration devant sa maman. On suit parfaitement, et c’était difficile, la progression de ces petits et grands évènements qui deviendront les souvenirs d’enfance du futur académicien. On est au pays du thym, du grand duc et du Taoumé. On est en Provence il y a un siècle.

MerlusseAvec Merlusse, vieux pion au visage couturé, qui fait peur au enfants du collège, on est dans un conte car c’est Noël. Merlusse va garder au pensionnat les élèves « oubliés » par leurs parents. Des grands, des petits, des étrangers, Merlusse, que l’on n’aime pas vraiment parmi les professeurs de ce collège marseillais, va passer la nuit de Noël avec ses jeunes protégés. Car c’est un gentil Merlusse. On va le découvrir avec cette fois A. Dan au dessin et les mêmes scénaristes que pour La Gloire de mon père. Un dessin réaliste et de l’émotion au fil des pages.

Pagnol avait le talent de rendre visible ce qu’il décrivait. On était avec lui dans la garrigue ou sur les bancs de l’école. Pour ceux qui ont lu à leur sortie ces Souvenirs d’enfance, ils restent à jamais ancré dans leur mémoire. Les retrouver en BD n’est pas un sacrilège  bien au contraire. C’est permettre de renouer avec Pagnol qui était aussi un très bon réalisateur, ce qui explique le parfait découpage de ses ouvrages et de ses pièces de théâtre. Dans Topaze, prochaine adaptation, Pagnol a été beaucoup plus politique et tire à boulets rouges sur les magouilleurs et financiers de l’après grande guerre. Mais c’est une autre histoire. Grand Angle annonce à venir Le Château de ma mère, Le Temps des secrets, Marius, Fanny et César. Parutions prévues jusqu’en 2020.

La Gloire de mon père, Grand Angle, 18,90 €, version luxe à 39,90 €
Merlusse, Grand Angle, 15,90 €