Robin des Bois, Boisserie complète agréablement le mythe de Robin de Loxley

C’est un mythe universel immortalisé par le cinéma avec Errol Flynn dans le rôle principal. Robin des Bois a ensuite eu des aventures diverses dont celle avec Kevin Costner lui aussi en archer saxon face au méchant Prince Jean ou une version Mel Brooks délirante, Disney aussi. Pierre Boisserie revisite le sujet avec Héloret au dessin. On y redécouvre Robin, Petit-Jean et Will Scarlett dont le premier point commun est d’être nés bâtards. Un recueil de fureur et d’aventures qui est une excellente surprise de cette fin d’année.

Robin des BoisUne enfance difficile d’enfant adopté aux côtés de la jeune Marianne pour Robin, le roi Richard parti faire le beau en croisade et son frère Jean qui prend le pouvoir, le shériff de Nottingham bien sûr, Gisbourne le redoutable, tous les éléments sont rassemblés. On ne perd pas ses repères. Sauf que Loxley a un petit côté enfantin bougon qui le rend encore plus sympathique. Idem pour Petit-Jean renié par son père et dont le frère est un tordu. Marianne manie l’arc aussi bien que Robin et Scarlett joue du couteau sans états d’âme.

La forêt de Sherwood abrite les outlaws rejoints par Frère Tuck qui a connu Scarlett dans une abbaye dont le prieur n’est pas net. Boisserie en a rajouté plusieurs couches bien vues qui complètent agréablement la saga un peu dans la lignée du film de Costner. Le dessin est fin, parfaitement cadré pour le sujet. On lit ce Robin des Bois comme un nouveau chapitre tout en en gardant les références bien connues. Un travail accès sur le jeunesse mais au ton vif et novateur. Un cadeau à faire pour Noël.

Robin des Bois, Glénat, 39 €

Robin des Bois