Les Catastrophobes, chaud les glaçons

La fin du monde c’est pour demain, enfin presque. Un virus par là, un volcan qui fait boum par ici, la canicule qui alterne avec des torrents de pluie, allez pour être plus optimiste on va parler de grande catastrophe mais pas définitive. Avec des survivants bien sûr, vous, moi de préférence. Tronchet l’a fait, l’a compris et en rigole avec ses Catastrophobes. Un couple sympa avec enfants, des bofs gentils sur le fond qui vont quand même plus ou moins toucher du doigt la grosse réalité de la planète qui part en vrille. On lira avec intérêt la préface de Pablo Servigne sur la transition écologique, la résilience collective et l’importance de ce que chacun fait sans pour autant en faire un monde. Bon alors, c’est pour quand le grand chambardement ? Chauds les glaçons si la banquise dégouline.

Rions avec la fin du monde

Réchauffement ou virus, c’est l’effondrement à tout moment donc faut trouver un refuge hors de la ville, enfin pas trop loin pour y aller le week-end. Et c’est parti avec, ça c’est vrai la flambée de l’immobilier dans les campagnes depuis la Covid. Donc la famille catastrophe est en avance dans le débat et ce n’est pas fini. Un potager avec pizzas, burgers, le rêve sans oublier la connexion. Vitale la connexion internet quand on sera revenu à l’âge de pierre. Tout est dans la nuance et dans un pragmatisme bien de chez nous. Pandémie, économie qui coule, violence, agressions, et les enfants dans tout ça, la chair de sa chair ? Trop tendres les mouflets, même leurs parents vont les sacrifier.

Les Catastrophobes

On est presque chez le père Ubu avec ces synthèses humaines, nos clones qui regroupent toutes les absurdités qu’on se fait un plaisir de dire en y croyant. Comme en 40, nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts. Et bien non, alors autant en rire car l’humour sauve de presque tout. Surtout de la bêtise. Excellent Tronchet avec ces gags en une planche qui mettent sur la table une réalité qui fout quand même la frousse.

Les Catastrophobes, Rions avec la fin du monde, Fluide Glacial, 12,90 €

Les Catastrophobes

4/5 - (4 votes)