Crève Saucisse, Rabaté et la vengeance du boucher cocu

Crève SaucisseNe jamais troubler l’eau qui dort. Qui plus quand l’eau c’est un brave boucher qui est un fan de BD. Pascal Rabaté (et oui, cette fois au scénario) conte une aventure banale certes mais à rebondissements imprévus. Didier, le boucher est cocu. Sa très jolie jeune femme a un amant, Éric, meilleur ami du roi de l’entrecôte. Et donc peu à peu toutes les pièces du drame vont se mettre en place. Le cocu aime la BD, il les collectionne et un bon scénario (on ne vous dira pas le nom de l’album) va inspirer Didier pour se défaire de son rival. On apprendra aussi comment Didier a découvert que sa femme le trompait et que Éric est un plouc. Ah l’amour !

Un brave type le Didier, un peu comme dans La Femme du Boulanger. Il serait prêt à passer l’éponge mais elle est amoureuse la Pomponnette. Alors Didier décide tout son petit monde d’aller passer les vacances à la mer. A vous de lire la suite dans Crève saucisse. Vous ne serez pas déçu. Un machiavélique le Didier. Et Rabaté aussi.

Le dessin de Simon Hureau est clair, colle parfaitement à cette ambiance qui oscille entre amour et tragédie. Ses personnages sortis de l’imagination créatrice de Rabaté sont parfaits, crédibles à souhait. Un travail très charpenté et un polar finalement bien abouti.

Crève Saucisse, Futuropolis, 16 €

Crève Saucisse