Les 7 Vies de l’Épervier, troisième époque T2, le dernier d’André Juillard

André Juillard ne s’en était pas caché dans notre dernière interview à l’occasion de la sortie de ses Carnets Secrets. Il ferait encore un album des Sept Vies de l’Épervier et arrêterait. Idem pour Blake comme il nous l’avait dit : « Après l’Épervier, je m’étais engagé pour faire un dernier Blake et Mortimer. Ensuite j’écrirai peut-être un scénario comme je vous en avais parlé, et en effet il y a un projet avec Yann qui serait de reprendre nos personnages de Double 7 et de les envoyer en France pendant la guerre dans la Résistance ». Voici donc ce Tome 2 de la troisième époque des 7 Vies de l’Épervier avec évidemment Patrick Cothias au scénario. Condor, Ariane, Beau, Grandpin ils sont tous au rendez-vous mais accompagnés par une palette de personnages historiques qui se bousculent au portillon. De Ninon de L’Enclos à Louis XIII en passant par Richelieu ou Cinq-Mars, c’est du condensé que l’on a parfois du mal à suivre mais il y a le dessin d’André Juillard qui aplanit les disparités scénaristiques. 

...Qu'est ce que ce monde ?

On ferraille dur à Paris pendant que le roi mène campagne dans les P.O.. Ariane et Grandpin trucident quelques spadassins et partent retrouver Lenclos et Ninon fait la tête. Donc elle ne sait pas encore qu’Ariane est sa mère et Germain son père. Ninon est partie chez Madame Delorme qui tient salon. Le duc d’Orléans qui sait toujours tout a convoqué Ariane pour lui parler du rejeton qu’elle a eu avec son frère le roi Louis. Histoire ancienne qui refait surface et le fiston a été enlevé. Mais D’Orléans le protège et monte un coup tordu. Le quatuor Condor, Ariane, Beau, Grandpin tient un conseil de guerre et se partage les objectifs. Arienne ce sera Louis XIII, Beau Richelieu, Grandpin la reine et Condor La Médicis. Mais Grandpin fait une halte chez Madame Delorme où tout le monde est nu mais pas bronzé.

Les 7 Vies de l’Épervier

Et ce n’est pas fini car c’est du copieux ce tome 2 du 3. Finalement Ariane a une sacré famille et du bâtard royal dans l’arbre généalogique. Il y a même des bouchons de circulation à Paris Pont-de-Saint-Cloud. Saint Vincent de Paul réapparait des galères avec un excité du bocal à tonsure. Cinq-Mars est dans le coup et y perdra le sien de cou, on le savait déjà. On manigance, on se trahit, on papote et on cherche l’héritier. Du condensé avec toujours le méchant en embuscade. Coup de théâtre gros comme une maison. On sera aussi à Montpellier de passage et à Narbonne. Bon, on ne dit tien de plus sur le scénario alambiqué, la suite avec Milan Jovanovic pour le trait et on reste d’une fidélité totale au dessin d’André Juillard qui conclue l’album par des superbes esquisses.

Les 7 Vies de l’Épervier, Troisième époque, Tome 2, …Qu’est ce que ce monde ?, Dargaud, 14,50 €

Les 7 Vies de l’Épervier

Un commentaire

  1. GAZAI ALEXANDRE

    Toujours un grand plaisir de retrouver les personnages dessinés par Juillard.
    le scénario laisse à désirer et certains dialogues sont franchement loupés !
    Personne n’ose dire à Cothias que certains dialogues sont ridicules.
    Heureusement que le dessin formidable d’André rattrape le coup !
    à lire de toute urgence.

Donnez votre avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*