Iba, Élise et son amie maléfique

Professeur Cyclope passe du web au papier un an après son lancement. Le site de Tanquerelle  avec Fabien Vehlman, Gwen de Bonneval, Pedrosa, Brunö sort ses deux premiers qui ont déjà eu une vie sur le net. On commence par Iba du Narbonnais Pierre Maurel, étonnant voyage dans un univers que n’aurait pas renié un certain Sir Alfred Hitchcock.

IbaÉlise est une jeune femme qui a eu un chagrin d’amour. Ses copines sont toujours auprès d’elle mais ses nuits sont perturbées  par la présence d’une jeune fille aux longs cheveux, sorte d’ange maléfique qui semble vouloir gouverner sa vie. Élise, peu à peu, redoute ses cauchemars toujours violents qui l’obligent à revenir sur son enfance auprès de sa grand-mère. Elle comprend que cette amie de jeunesse qu’elle appelait Iba, elle seule pouvait la voir et qu’elle était à l’origine d’actes méchants qu’on lui attribuait à elle. Désormais Élise n’a pas le droit d’être heureuse, Iba fait le vide autour d’elle. Seule sa grand-mère sait que Élise ne rêve pas et que Ida est un danger mortel pour Élise.

Difficile de qualifier ce récit qui bascule dans l’horreur pure. Quand on parlait d’Hitchcock, c’est à Psychose que l’on pensait. Schizophrénie ou paranormal, fantastique, le tout se situe dans un monde « classique » ce qui impose d’autant plus l’angoisse et la terreur dégagée par cette Iba aux dents pointus. Qui est qui, qui protège qui, qui flirte avec la folie ? L’astuce de Maurel est d’ajouter cette grand-mère qui a déjà vécu ce que vit Élise, des bébés nés le même jour. Un dessin clair en noir et blanc colle à cette histoire qui prend aux tripes.

Iba, Professeur Cyclope, Casterman, Arte Éditions, 16 €

Iba