Pour désigner le futur Grand Prix d’Angoulême, évolution et pas de révolution

On le savait. Benoît Mouchart, directeur artistique du festival l’avait annoncé. Cette année, le festival d’Angoulême devait faire sa révolution car le Grand Prix, récompense incontournable, ne devait  plus être désigné par le seul collège des anciens Grands Prix.

Festival BD d'AngoulêmeLa première information était que tous les auteurs présents et accrédités  à Angoulême (dessinateurs, scénaristes, coloristes) à Angoulême pourraient voter pour qui ils voulaient. Ce qui excluait semble-t-il au départ du jeu les Grands Prix des années précédentes.

Sauf que cette annonce a du plomb dans l’aile. Le festival vient de préciser les modalités définitives du vote. Certes les auteurs voteront mais choisiront parmi une liste que nous publions ci-dessous. Et qui a été établie en concertation avec les Grands Prix. Sur le fond rien à dire. Sauf qu’il faudrait peut-être expliquer comment les noms sont sortis du chapeau. Et aussi préciser pourquoi le choix définitif sera fait par l’académie des Grands Prix parmi celles ou ceux qui auront obtenu le plus de suffrages.

Si on comprend bien ce n’est pas obligatoirement celui ou celle qui aura obtenu le plus de voix. Des ex-æquo prévus peut-être ? Une discussion finale ? Ce nom sera proclamé lors de la Cérémonie de clôture du Festival, le dimanche 3 février. Afin de donner au vote une dimension événementielle et conviviale, l’organisation a précisé que c’est l’équipe des Requins marteaux qui  animera le comité électoral et la procédure de vote.

Voici donc les 16 auteurs sélectionnés pour le Grand Prix sont (par ordre alphabétique) : Pierre Christin, Cosey, Nicolas de Crécy, Hermann, Manu Larcenet, Lorenzo Matotti, Alan Moore, Katsuhiro Otomo, Marjane Satrapi, Joann Sfar, Posy Simmonds, Jirô Taniguchi, Akira Toriyama, Jean Van Hamme, Chris Ware, Willem. Sincèrement une très belle liste avec des favoris incontournables et des oubliés dont on voit le nom avec plaisir. Dommage simplement qu’on ait l’impression de négociations difficiles pour en arriver là. Evolution, pas révolution vous dites ? Consensus oblige.

Dès maintenant, le site du Festival diffuse, sous la forme de spots vidéo, une campagne à caractère informatif incitant les auteurs à voter.