Ciel de guerre T4, le débarquement en Afrique du Nord

En ce mois de novembre 1942 les Alliés débarquent en Afrique du Nord que tiennent les troupes françaises fidèles au gouvernement de Vichy. Les pilotes des escadrilles basées au Maroc et en Algérie vont se battre contre les Américains qui ont monté l’opération Torch. Dans ce quatrième et dernier tome de Ciel de guerre ont retrouve tous les éléments qui mèneront finalement à ce que l’armée d’Afrique française rejoignent les Alliés pour la campagne d’Italie de France et d’Allemagne mais sans jamais effacer pour autant la rancœur de ceux qui avaient rallié De Gaulle dès le début. Même état d’esprit dans l’aviation comme le montre avec beaucoup de justesse de ton Philippe Pinard dont le scénario est rehaussé par le dessin de Olivier Dauger toujours aussi éclatant de finesse, de précision s’appuyant sur une ligne claire qui en affirme le réalisme et le moindre détail fidèle à la rigueur historique.

Ciel de guerreA l’aube du 8 novembre, les avions américains appuyés par des chasseurs britanniques attaquent les pistes des aérodromes d’AFN. Tournemire et les pilotes des escadrilles de l’armée d’armistice les combattent et tirent sur les Dakotas des paras US mais les Spit anglais supplantent les avions français. Les pilotes ont des états d’âme et oublient parfois de tirer sur des convois alliés. Alger tombe aux mains des Américains. L’Amiral Darlan ministre de Pétain change de camp et un cessez-le-feu est signé. Au Maroc on reforme des escadrilles avec du matériel US. On voit réapparaître des Airacobra pour les pilotes anciens des troupes de Vichy, un avion compliqué et dépassé. On demande des volontaires pour une escadrille qui va aller se battre en URSS, la future Normandie-Niemen. L’escadrille des Diables Rouges est reconstituée mais elle sera composée de pilotes venant des deux bords.

Une fresque bien menée, passionnante et surtout vraie ajoutant au romanesque les rappels nécessaires sur une période compliquée où chacun croyait en général faire son devoir. Des hommes souvent déchirées que le sort de la guerre va réunir après les avoir opposés à cause d’un état français dirigé par un maréchal collaborateur mais investi pourtant du pouvoir légal. Les passionnés de BD aéronautique ont grâce à cette série de beaux avions bien dessinés au rivet près, avec les bons marquages, les bons équipements mais aussi les rappels historiques indispensables pour pouvoir comprendre les personnages et leurs sentiments.

Ciel de guerre, T4 Opération Torch, Paquet, 14 €

Opération Torch