Pico Bogue T6, un excellent remède contre le blues

Depuis une première rencontre au festival de Sérignan il y a… voici déjà le tome 6. Pico Bogue, adorable petit garçon philosophe, continue avec bonheur, sous la houlette de Dominique Roques et Alexis Dormal au dessin, à réjouir ses lecteurs. Restons Calmes est le titre de cet épisode estival sous la houlette d’un tonton sympa, Antoine, qui ressemble furieusement (hasard ?) à l’excellent acteur Mathias Mlekuz.

Pico Bogue Départ en vacances pour Pico Bogue, Ana Ana et leur oncle qui fait sa B.A. en se chargeant du duo. Histoire de se distraire en voiture Pico lit Darwin, apprend qu’il doit la vie à la guerre, un comble, et à la pénicilline. Ce qui attriste Ana Ana. Leurs parents sont partis sur un voilier et font un break. Faut bien avouer que, par moments, les enfants on aime bien s’en séparer un peu. Encore que de nos jours, même grands, cela devient plus difficile. Le dompteur pour ce séjour à la plage c’est leur oncle Antoine. Il les adore mais il sait qu’il va en baver. Et les réflexions du duo vont pimenter son séjour à ce garçon légèrement enveloppé, ce que Ana Ana considère comme un défaut de volonté.

Les héros ce sont bien sûr Pico et Ana Ana qui montent en puissance dans cet épisode. Les strips qu’écrit Dominique Roques, maman d’Alexis, sont comme d’habitude tout en finesse. Pico Bogue a un vocabulaire de grand qui physiquement serait resté enfant. Le poids des mots, des dialogues ciselés, et la joie du dessin forment un mélange subtil d’émotion souvent et d’humour toujours.

On va frémir quand Pico et Ana Ana jouent au radeau de la méduse. Superbe dialogue dont cette phrase d’Ana dan son canot pneumatique à son frère : « On se croirait en enfer » et lui de répondre : « Non il n’y a personne ». Bravo. Ne changez rien. Pico Bogue est un merveilleux remède contre le blues et une belle leçon de vie.

Pico Bogue, Tome 6, Restons calmes, Dargaud, 11,99 €

Restons calmes