Pellejero et Canales avec Corto Maltese sous le soleil des bougies à Montpellier

Ils étaient le 26 novembre à Montpellier à la librairie Azimuts après être passés en direct sur France 3 Languedoc. Rubén Pellejero et Juan Díaz Canales ont repris avec talent Corto Maltese le héros mythique de Pratt. Ils seront dans la foulée à Toulouse puis à Bordeaux.

Ruben Pellejero et Juan Díaz Canales
Canales et Pellejero, rencontre montpelliéraine à la lumière des bougies avant les fans de Corto chez Azimuts. JLT ®

Le premier album, Sous le soleil de minuit est désormais un succès ce qui présage bien sûr d’une suite à l’aventure. Mais difficile d’en faire dire plus au scénariste Juan Díaz Canales. « Pas évident pour l’instant de savoir où pourrait se passer le prochain album. On discute beaucoup avec Rubén. New-York serait compliqué.  On ne sera pas dans un ordre chronologique. Il faut changer d’ambiance comme le faisait Pratt ».

Pellejero et Canales sont sur la fin d’un véritable marathon à l’échelle européenne pour la promotion de leur Corto : « On a tourné un peu partout, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, de la Bretagne à Lyon et à Chambéry. On a toujours été reçu avec beaucoup de sympathie et d’intérêt pour notre travail qui semble vraiment plaire », poursuit Canales. « C’est vrai que nous avons eu et avons pour la suite toute liberté en particulier des ayants-droits. Nous avons pu être créatifs », ajoute Pellejero. « Même si je lis beaucoup de carnets de voyage sur l’Afrique, l’Amérique du Sud voire l’Australie, je n’ai pas décidé du lieu où se passeront les prochaines aventures de Corto. Nous n’avons pas de contraintes. Nous sommes en totale confiance avec notre éditeur Casterman. Vous savez, nous avions signé un contrat pour la suite de Corto bien avant que ne sorte Sous le soleil de minuit ».

Donc pas de piste encore à dévoiler même si on exclu celle qui aurait pu mener Corto au Mexique. Et pour Blacksad que scénarise aussi Canales, à quand une suite ? « Guarnido est très pris par le one-shot qu’il fait chez Delcourt avec Ayroles. Pour ma part j’ai un projet pas encore signé avec un dessinateur italien qui se passerait dans le milieu journalistique et intellectuel new-yorkais des années cinquante. J’ai aussi un polar dont j’assurerai scénario et dessin qui se passera à Madrid, un roman graphique en one-shot sur fond d’actualité ». Pour Rubén Pellejero, hormis Corto, c’est aussi un roman graphique de 100 pages au titre provisoire Le Commodore. Cette fois Pellejero sur un scénario de Christopher aura aussi en plus du dessin un rôle de directeur artistique.  Mais la piste Corto reste à suivre de près.