Belle-Île en père, à la recherche du passé perdu

Une star du petit écran, reine d’un feuilleton du style Plus belle la vie, part à la recherche de son passé. Direction Belle-Île en Bretagne où elle veut se retrouver si possible face à elle-même. Sans le savoir elle marche sur les traces d’une illustre prédécesseure, Sarah Bernhardt, qui a aimé elle aussi l’île. Belle-Île en père est signé par Nicoby et Patrick Weber au scénario. Comment faire face à la vérité sur votre enfance quand on vous l’a volée, et retrouver son identité ?

Belle-Île en pèreVanessa Blue se prend la tête. En plein succès de sa série elle met les voiles, persuadée en prime que le romancier coqueluche du Tout Paris l’aime et va lui écrire un rôle sur mesure. Elle part à Belle-Île car sa mère lui a montré une photo de son père qui y a été prise, un père qui se serait suicidé. Vanessa débarque à Belle-Île où un siècle avant elle Sarah Bernhardt s’était installée avec cour et amis. Vanessa rencontre un journaliste local et est interpellée par un femme qui lui offre de lui rendre des dessins d’enfance disparus à condition qu’elle s’en aille. Mais têtue, Vanessa veut tout savoir sur le passé de son père et donc le sien que sa mère a occulté.

L’idée du parallèle entre les deux actrices, représentantes parfaites de leurs époques respectives, est astucieux. Cela donne plus de relief aux recherches très personnelles de Vanessa et accentue le rythme qui alterne et rebondit sur les sujets dont la célébrité, la starification. Un ensemble bien dessiné et cohérent, qui a du charme et de l’émotion.

Belle-Île en père, Vents d’Ouest, 18,50 €

Belle-Île en père