Moi, Mikko et Annikki de Tiitu Takalo reçoit le Grand Prix Artémisia 2021

Moi, Mikko et Annikki de Tiitu Takalo vient de remporter le Grand Prix Artémisia 2021, qui récompense la meilleure bande dessinée féminine de l’année réalisé par une ou plusieurs femmes. A ce prix vient s’ajouter un palmarès de prix thématiques à lire en fin d’article et l’annonce de la création du prix Artémixte en 2022.

Moi, Mikko et Annikki

Moi, Mikko et Annikki de Tiitu Takalo a été traduit du finnois par Kirsi Kinnunen. « Largement autobiographique, ce généreux roman graphique retrace en parallèle le passé de la ville, milite pour un mode de vie plus respectueux du patrimoine, plus collectif et moins consumériste » selon Patrick Gaumer, membre du jury d’Artémisia.

À Tampere, en Finlande, les habitants du quartier historique d’Annikki promis à la démolition unissent leurs forces face à la rapacité des promoteurs et de leurs complices politiques. Avec son compagnon Mikko, l’autrice Tiitu Takalo est aux avant-postes de cette lutte pacifique et nécessaire. Elle tient en images la chronique de sa communauté en résistance, au service d’une idée aussi vitale qu’universelle : et si la richesse et l’âme d’une ville résidaient d’abord dans son patrimoine, et que sa préservation était la clé de nos identités collectives comme de nos avenirs possibles ?

Moi, Mikko et Annikki a déjà reçu le prix Finlandia de la bande dessinée, la plus prestigieuse récompense du 9e art en Finlande. Illustratrice et autrice finlandaise de bande dessinée, enseignante et féministe revendiquée, Tiitu Takalo vit et travaille à Tampere, en Finlande, dans un quartier ancien dont elle retrace ici l’histoire et le sauvetage par ses habitants.

  • Prix Spécial Artémisia : Sourvilo d’Olga Lavrentieva (traduction Polina Petrouchina) (Actes Sud)
  • Prix Artémisia Jeunesse : Melvina de Rachele Aragno (traduction Claudi Migliaccio) (Dargaud)
  • Prix Artémisia Écologie : La Déesse Requin de Lison Ferné (CFC)
  • Prix Artémisia Société : Hippie Trail de Séverine Laliberté (scénario) et Elléa Bird (dessin) (Steinkis)
  • Un Coup de Chapeau : On baise de Catherine Beaunez (La folle du logis)

Moi, Mikko et Annikki

Un nouveau prix en 2022

CocteauLa prochaine édition des Prix Artémisia, en 2022, verra la création d’un nouveau prix, le Prix Artémixte, qui couronnera un livre issu de la collaboration entre une dessinatrice et un scénariste. Ce prix aurait pu être décerné cette année à Laureline Mattiussi et à François Rivière pour leur album Cocteau, l’enfant terrible, édité par Casterman, remarqué, notamment, pour ses très grandes qualités graphiques et esthétiques. Laureline, dont le style s’apparente à celui du dessinateur argentin José Munoz, est sans doute l’une des plus grandes dessinatrices françaises actuelles. Elle a reçu le prix Artémisia 2010 pour son très original, décoiffant, et téméraire album, L’île au poulailler. Sa collaboration fort réussie, en tant que dessinatrice et co-scénariste avec François Rivière nous a décidé à créer le prix dont il est question ici, et à accorder désormais une plus grande attention aux créations mixtes de cette qualité. Artémisia applaudit très fort ce magnifique album consacré à l’enfant terrible de la poésie et de la littérature. Un bon génie inspirateur d’innombrables artistes, qui nous manque cruellement aujourd’hui.

Une exposition sur Artemisia Gentileschi

Cette année, la remise des prix Artémisia et le vernissage d’une exposition consacrée aux œuvres de certaines de ses lauréates devait avoir lieu le 7 janvier 2021, à l’Espace des femmes – Antoinette Fouque, 35 rue Jacob, à Paris dans le 6e arrondissement. Étant donné la situation sanitaire incertaine, la remise des prix et l’exposition sont reportées au mois de juillet 2021. Cette exposition Artemisia, du 15e siècle à l’année de la BD est un hommage à la pionnière du 3e art, Artemisia Gentileschi, née le 8 juillet 1593 à Rome et morte à Naples vers 1656, en laissant derrière elle une œuvre considérable. Artemisia est par ailleurs la première femme peintre à avoir été répertoriée dans l’histoire de l’art. Des planches de Chantal Montellier, Catel, Laureline Mattiussi, Claire Mallary, Una et Jacky Flemming y seront présentées, ainsi que des vidéos des remises de prix des années précédentes réalisées par Line Scheibling.

Artemisia Gentileschi
Artemisia Gentileschi. Autoportrait en Allégorie de la peinture, 1638-1639, Royal Collection, Windsor ®