Le Grand Prix Artémisia à Céline Wagner pour Frapper le sol

Céline Wagner obtient le Grand Prix Artémisia pour son album Frapper le sol paru aux éditions Acte Sud-L’An 2. Les membres du jury Artémisia ont décidé de ne pas se limiter à décerner un seul prix. Cette année cinq lauréates ont été distinguées par quatre prix. 37 albums avaient été sélectionnés en 2016.

Frapper le solUne plongée  dans l’univers artistique du chorégraphe Tatsumi Hijikata qui créa le Butô à la fin des années 50, Céline Wagner qui reçoit le Grand Prix Artémisia avec Frapper le sol, après un long travail de documentation et d’écriture, a mis en scène avec une grande maîtrise le parcours hors du commun de ce danseur. Un album servi par des dessins puissants et inventifs, souvent plus proches du 3e art que du 9e. Une bande dessinée de création par une dessinatrice qui ne cesse de grandir.

Le problème avec les femmesJacky Flemming reçoit le Prix Artémisia Humour pour son album Le problème avec les femmes paru aux éditions Dargaud. À travers une succession de dessins bourrés d’esprit, évoquant parfois celui auquel ont attribue “l’invention” de la bande dessinée, à savoir Rodolphe Töpffer, Jacky Fleming retrace avec ironie l’évolution de la représentation du “deuxième sexe” dans nos sociétés patriarcales. L’artiste s’amuse des préjugés, projections et interprétations trop souvent infériorisantes et infantilisantes de “la meilleure amie de l’homme après son chien”.

Chloé Wollmer et Carole Maurel reçoivent le Prix Artémisia Avenir pour leur album L’Apocalypse selon Magda paru aux éditions Delcourt. Un des favoris de ligneclaire.info. Quand la fin du monde est annoncée partout, que le jour et l’heure en sont fixés, et que, du coup, on croit sa mort prochaine, alors on peut penser que tout est permis, surtout si l’on a 14 ans et des gros bleus à l’âme.

L’Apocalypse selon MagdaNicole Augereau obtient le Prix spécial du jury Artémisia pour son album Quand viennent les bêtes sauvages, paru aux éditions flblb. Les albums consacrés à l’histoire politique d’un pays sont rares en bande dessinée, surtout sous le crayon d’une femme. Découvrir celui de Nicole Augereau sur Haïti et le destin singulier de Manno Charlemagne, passé – non sans encombre – du statut de chanteur contestataire persécuté à celui de maire de Port au Prince, fut une belle surprise.

Le prix Artémisia co-fondé en 2007 par Chantal Montellier et Jeanne Puchol a pour objectif de mettre à l’honneur la production féminine dans la bande dessinée pour le scénario et/ou le dessin. Il a distingué une dizaine d’albums depuis sa création. Grâce à cette mise en lumière certains titres on été réimprimés. Céline Wagner, Jacky Flemming, Chloé Wollmer, Carole Maurel et Nicole Augereau succèdent à Sandrine Revel et Théà Rojzman lauréates du prix 2016. Comme chaque année, la proclamation des prix a lieu le 9 janvier, date anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir. La remise des prix aura lieu le jeudi 12 janvier à partir de 18h30 à l’Institut AgroParisTech des sciences et industries du vivant et de l’environnement.