La Voie du sabre T3, le bout du chemin

Il est presque arrivé au bout de ses peines Mikédi. Il lui reste surtout à aller affronter l’Empereur-dragon ou s’allier avec lui. Dans ce tome 3 de la Voie du sabre, il va aussi rompre les ponts avec son maître et poursuivre seul sa route tortueuse et parsemée d’embuches, de violence et de combats épiques. Une fresque à grand spectacle, dramatique, au ton shakespearien adaptée, on le sait, de l’œuvre de Thomas Day. Mathieu Mariolle et Federico Ferniani on relevé avec fougue et talent un défi qui consistait à arriver à rendre toute l’atmosphère d’un auteur reconnu en SF dont La Voie du sabre est l’un des meilleurs romans.

Il a coupé des têtes Mikédi avec Mushami, son maître. Direction Edo, capitale de l’Empire. L’Empereur va devoir céder à sa demande, son armée contre une entrevue avec l’Impératrice-fille, un vrai cas à tout niveau, qui dévore ses prétendants. Mushami commence à en avoir assez de passer sa vie à se battre. Lors de l’entrevue avec l’Empereur, Mikédi, masqué, fait le ménage à coup de sabre se sentant insulté. Mais Mushami considère qu’il n’est pas encore prêt et qu’il court après un pouvoir qu’il ne mérite pas. Il va aussi chercher un nouvel élève. La rencontre avec l’Impératrice-fille va le transformer en ambassadeur en Europe sur la piste de l’alchimie. Une première mission qui sera suivie par d’autres.

C’est à l’aboutissement très ambigu du destin de Mikédi, héros aux sentiments noirs, tortueux. Le récit est d’une incroyable richesse. Le fantastique s’inscrit sans dénoter tout au long de cette histoire très prenante sublimée par le dessin de Ferniani. Des épreuves de plus en plus difficiles, sans pitié, un tome 3 final qui se termine par une leçon de morale sur la vengeance et de renouveau. Superbe avec un cahier graphique en fin d’album.

La Voie du sabre, Tome 3, L’incendie de l’esprit, Glénat, 14,95 €