La Voie ferrée au-dessus des nuages, le train du bout du monde

Pas sûr que ce (joli) titre, La Voie ferrée au-dessus des nuages, interpelle la mémoire collective française. Qui se souvient que la France a construit, avec une main d’œuvre qui l’a payé cher, une ligne de chemin de fer entre le Vietnam du nord et la Chine du sud, la province du Yunnan ? C’est cette histoire que remet en forme Li Kunwu, l’un des rares auteurs chinois à s’être consacré à la BD.

La Voie ferrée au-dessus des nuages Le Yunnan, une province chinoise frontalière du Vietnam voisin, de l’Indochine comme on dit à l’époque. Le train part de Haïphong et doit arriver à Kunming. Il faudra près de sept ans pour bâtir la ligne en ce début de XXe siècle dans une région difficile d’accès, montagneuse, avec ses ponts et ses viaducs, au bout du monde. Monsieur Li se penche sur le dossier en 2009 et part à l’aventure sur le terrain. Il existe pourtant une documentation remarquable, les photos prises pendant les travaux par un Français Pierre Marbotte qui vivait en Indochine avec toute sa famille. Le cimetières des étrangers est une découverte qui sera le déclencheur de l ‘enquête de Monsieur Li.

Tout un passé colonial oublié mais la voie a fonctionné pendant un siècle. Li Kunwu signe sans parti-pris une chronique d’un temps révolu dont il a su retrouver les traces avant qu’elles ne sombrent définitivement hors de nos mémoires. Son travail est un mélange de fiction et de faits authentiques, un roman graphique sur ce Chemin de fer du Yunnan mythique qui a relié deux mondes si différents.

La Voie ferrée au-dessus des nuages, Kana, 15 €

La Voie ferrée au-dessus des nuages