Viollet-Le-Duc, sauvez, déjà, Notre-Dame

Si on l’associe fréquemment le nom de Viollet-Le-Duc à la restauration de la Cité de Carcassonne, on oublie non seulement les dizaines d’églises gothiques qu’il a sauvées mais surtout Notre-Dame de Paris dont le chantier de remise en état fut véritablement son chef d’œuvre. Il aura fallu que la grande dame manque de disparaître, que sa flèche flambe pour que Viollet-Le-Duc revienne au premier plan. Bâtisseur il redonna son éclat à la cathédrale mise à mal par les siècles et les caprices des hommes qui avaient même voulu la rayer de la carte. L’ouvrage que Salva Rubio (on le retrouve toujours avec plaisir) signe avec Eduardo Ocaña au dessin est une vraie leçon à la fois d’Histoire et humaine. Viollet-Le-Duc n’est pas qu’un nom mais un homme qui a sacrifié sa vie pour sauver les trésors architecturaux français. Il le méritait bien cet hommage et le sauvetage aujourd’hui de Notre-Dame n’est pas rappeler le sien au XIXe siècle.

L'homme qui ressuscita Notre-Dame

Le 15 avril 2019 le monde est stupéfait. Notre-Dame est en flammes, sa fin semble inévitable. Sa flèche disparait, elle va s’effondrer. On sait que la vieille mais solide grande dame va résister mais de justesse, que la faire revivre va être un défi à plus d’un titre. Et pourtant elle avait déjà survécut aux caprices des rois dont Louis XIV, de la Révolution qui détruit ses statues, en fait un entrepôt. En 1832 chez Hugo, on parle de Notre-Dama car son roman est un best-seller. Mérimée va être nommé inspecteur général des monuments historiques et se battre pour sauver le style gothique méprisé par l’Académie des Beaux-Arts. On veut de l’antique et que les églises s’écroulent. Mérimée a un nom en tête pour sauver ce patrimoine, Eugène Viollet-Le-Duc qui déjà arpente la France et sauve les églises quitte à sacrifier sa vie de famille. Son oncle lui transmet la proposition de Mérimée. Il s’embarque dans une aventure unique, insensée.

Viollet-Le-Duc

Il va falloir beaucoup de courage, de volonté, d’abnégation à Viollet-Le-Duc pour affronter à la fois chantiers et scepticisme. Il a la foi chevillée au corps, accumule les succès et enfin franchit le parvis de Notre-Dame. Le travail est surhumain mais il va la sauver. Une aventure hors normes que Salva Rubio a mis parfaitement en exergue, l’humain en premier. IL y aura avec lui Lassus, autre pilier qu’il ne faut pas oublier dans ce miracle. Les dessins de Eduardo Ocaña sont parfaits comme ceux de la charpente, les cathédrales d’Albi, de Narbonne, Dijon, et toutes les autres. Le duo forme un tout avec leur héros que l’on découvre, sauveur du gothique pour l’éternité. Sans oublier les couleurs de Mazi. Un album qui est un vrai grand moment de BD.

Les Bâtisseurs, Tome 1, Viollet-Le-Duc, L’homme qui ressuscita Notre-Dame, Delcourt, 15,95 €

4.2/5 - (4 votes)

Un commentaire

  1. Merci pour cette présentation pertinente. Je peux ajouter que les dessins d’Eduardo Ocaña sont d’une grande fidélité aux connaissances historiques et archéologiques. La qualité des reconstitutions, notamment des chantiers, contribue à la cohérence de l’album. Une qualité qui n’est pas toujours présente dans les fictions documentaires. J’espère que les auteurs aurons l’occasion de dédicacer leur album en Occitanie.

    Parmi les albums de BD évoquant Viollet-le-Duc signalons « Histoire(s) de Carcassonne » où une histoire en quatre planches, dessinée par Emmanuel Nhieu sur un scénario de Fabienne Calvayrac, évoque la restauration de Carcassonne.

Donnez votre avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*