Le nucléaire, jamais à Plogoff

Cela restera comme un modèle de combat citoyen. En 1975 les Bretons du petit village de Plogoff décident de refuser que l’on installe chez eux une centrale nucléaire. La France, et Giscard d’Estaing président, a décidé le tout nucléaire. Ce qui sur le fond peut se défendre au moment où l’exploitation du charbon, les barrages ne suffisent plus à donner assez d’électricité au pays. Sauf que personne n’a vraiment quantifié les risques. On connaît peu les dangers.

Plogoff
La lutte de la Bretagne contre le nucléaire

Seuls une poignée d’écologistes ont travaillé sur le sujet. Résistance pacifique, appel à la mobilisation, violence du pouvoir qui refuse que quelques illuminés barrent la route du progrès, Alexis Horellou et Delphine Le Lay ont écrit et mis en images le récit très documenté de cette lutte à laquelle Mitterrand élu en 81 mettra un terme en stoppant le projet de Plogoff. Encore que certains en auront profité pour s’enrichir en vendant leurs terrains à EDF.

Plus peut-être que la seule lutte contre le nucléaire, Plogoff aura été une prise de conscience d’une identité, celle du peuple breton et la capacité unis de dire non à l’état. Avec le Larzac et l’extension du camp militaire le sud connaîtra le même combat. Si le sujet est passionnant surtout au moment où l’on commémore la tragédie de Fukushima après celle de Tchernobyl, la forme aurait pu être plus concise, ramassée. Il est certes difficile de couper dans cette aventure humaine mais la représentation graphique s’en serait mieux porté, avec plus de poids pour appuyer le sujet grave et courageux.

Plogoff, Delcourt, 14,95 €