Fashion Week, Sfar pour un polar en liberté

Pour ceux qui ont encore une mémoire qui remonte à la fin des années 90, Jacques Médecin était le maire de Nice, adulé puis dégommé pour quelques problèmes financiers et non des moindres. Il partira en Amérique du Sud pour échapper à la prison. Joann Sfar s’en est librement inspiré pour son héros Le Niçois que l’on retrouve dans Fashion Week, son dernier album richement garni en textes et aquarelles. Mais la clé du bouquin, de l’intrigue ce sont deux femmes, Loulou Crystal, copine du Niçois (jolie) actrice porno fine mouche, et Kim Kestéchian qui ressemble fortement à une certaine Kim Kardashian. L’enjeu ? Les bijoux de la dame alors que la Fashion Week se déroule. Sfar relance Jacques Merenda, son Niçois qu’il avait fait revenir d’exil à Nice, sa ville, sa chair, où règne désormais son fils spirituel, Christian Estrival. On suit ? Baroud assuré au bord de la Grande Bleue et direction la capitale pour couple fatal en mal de casse tordu. A noter que cet album est déjà sorti.

Fashion week

Elle raconte sa vie Loulou Crystal, belle plante et princesse pour les autres. Au compteur dix ans de porno, ça lasse et un vieux comme amant ça rassure. Drôle et malhonnête, Jacques avec moustache et belles proportions privées. Jacques Meranda et elle forment un couple atypique mais qui fonctionne. Il a un coup en vue le vieux crocodile à Havane. Loulou se fout à poil et Jacques la récupère pour lui annoncer qu’il va travailler avec des copains, le fils et le frère de Bouchoucha, un toubib, et Sfar, un avocat. Des rapatriés au départ d’Algérie et après de Nice, un comble. Et où ? A Paris, prochaine étape après un petit coup vite fait dans les toilettes de l’avion pour la capitale. Tout le monde se retrouve à Roissy, on embarque dans le taxi de Mamy Driver. Objectif les bijoux de la Kestéchian. Sauf que, bon, rien n’est simple dans la vie. Car la Fashion Week déploie ses fastes.

Il y va gaiement Joan. Dialogues libres et libérés, un exercice de style qui laisse une frontière ténue entre roman et BD. Les cases sont grosso mode partagées en deux, texte et dessin. On se laisse aller dans le verbe et on y va joyeusement car il maîtrise Joan. Délire en prime. Surprises à tous les étages, vive Loulou danger public, Jacques le nettoyeur de cadavre qui se recycle dans la poulaille (fausse), la Kestéchian qui entrave que dalle. Et tout ça pour une Opération de la prostate, nom de code du coup foireux, qui ne demande qu’à déraper. Évidemment. Polar en liberté, à porter à l’écran semble-t-il ? Un petit (gros ?) côté Audiard pour l’ambiance pince sans rire et dialogues. Mais revu par Joann Sfar.

Fashion Week, Dargaud, 19,99 €

Fashion Week