L’amour n’a pas d’âge, un beau roman

Une histoire comme on les rêve, dans l’absolu. Une maison de retraite où deux cœurs un peu fatigués vont se retrouver à battre à l’unisson. L’amour n’a pas d’âge est un beau roman comme chantait Fugain. Un état des lieux authentique dans une maison de retraite dont on sait qu’on ne sortira plus, ou pas vivant. Colette est arrivée depuis peu. Et c’est le spleen total malgré la gentillesse des personnels et autres locataires. Il va falloir que Cupidon lance ses flèches pour que tout change même si ce ne sera pas simple. Thibaut Lambert (De Rose et de noir) signe une jolie tranche de vie qui montre que rien ne finit jamais surtout l’amour qui n’a pas d’âge. Surtout si on y croit très fort.

L'amour n'a pas d'âgePaumée Colette, loin de chez elle et de sa famille. Son chez soi, c’est sa chambre en maison de retraite et les cours de couture. Sauf qu’il y a un certain Jean Tessier, frère d’une amie d’enfance de Colette. Le courant passe entre les deux retraités. Elle a été secrétaire, lui instituteur. Ils vont se confier les hauts et les bats de leur vie passée. Colette est tombée chez elle et elle ne pouvait plus assumer son indépendance. Jean va lui prendre la main et ils mettent à se tutoyer avec pudeur et déjà tendresse. Les enfants de Colette sont pris par leur propre vie. Colette a du mal à supporter le peu de chaleur humaine qui fait que chacun ignore les autres, devant la télé ou endormi sur le fauteuil. Quand elle présente Jean à ses enfants, sa fille réagit mal, se doutant de l’importance qu’il prend dans l’esprit de sa mère. Pourtant lui et Colette entame un flirt sur air de slow qu’ils dansent dans le couloir comme des ados.

Toutes les étapes très plausibles d’un bel amour en puissance sont bien décrites par Lambert sur un trait qui a un petit air de Dupuy et Berberian. Bien sûr, on se doute que tout ça va bien finir mais pas sans mal, comme si à partir d’un certain âge il était inconvenant de retrouver ses vingt ans. Il y aura des quiproquos, un chanteur de charme yéyé sur le retour et même un incendie. Happy-end, humour, une vraie bouffée de bonheur et d’air pur qui fait du bien. Et qu’on aimerait voir arriver souvent.

L’amour n’a pas d’âge, Des Ronds dans l’O, 18 €

L'amour n'a pas d'âge