Saint-Elme, c’est très spécial

Serge Lehman et Frederik Peeters au dessin sortent un polar bien noir, bien tordu. Avec Saint-Elme, ils continuent à nous en mettre plein la vue, à nous bluffer comme avec L’Homme gribouillé. Un privé et son assistante vont se payer un gros voyage au bout de l’enfer avec tout ce qu’il faut pour aligner hémoglobine et mauvaises intentions. On y ajoute un patelin où rien n’est clair et pour cause. Du lourd sur un dessin qui tient la route.

La vache brûlée

Un patelin perdu dans les montagnes, Saint-Elme, un deal qui tourne mal, un gamin et un certain Morba qui joue du flingue et aligne les cadavres. Frank Sangaré, à la demande de son frère, rejoint Madame Dombre pour retrouver un fugueur, deux privés qui se connaissent bien. La dame trimbale une espèce de fouine apprivoisée. Côté gros sous et projet à fric, il y a Tania, la mairesse du coin, le fils et le paternel. C’est lui qui a le vrai pouvoir à Saint-Elme et des idées arrêtées. Le duo de privés débarque à la Vache brûlée où on reconstitue l’exécution du bestiau au Moyen-Age mais dérapage et ce n’est pas fini.

Torturé et emberlificotée cette affaire mais c’est un compliment. Va y avoir conflit d’intérêt et à Saint-Elme c’est spécial comme ils disent. Pas tiré des embrouilles le Frank et la suite devrait faire dans le nerveux déjanté. Du soigné apprécié. Un trait souligné, précis, réaliste sans excès, efficace et direct.

Saint-Elme, Tome 1, La vache brûlée, Delcourt, 16,95 €

4.1/5 - (9 votes)