Ira Dei T2, suite sicilienne

Rien ne s’arrange pour Robert dit Tancréde, ni pour le moinillon Étienne qu’il a enfermé dans une cage. Il y a toujours Harald et Maniakés, le général tout puissant. Dans ce tome 2 d’Ira Dei, Brugeas et Toulhoat poursuivent leur suite sicilienne au Moyen Âge. Mais ils redistribuent les cartes, lèvent une part du voile sur les relations entre Étienne, sa sœur et Tancréde tacticien hors pair pour des victoires à l’arrachée. Du grand spectacle et des fils scénaristiques qui se mêlent, s’écartent pour mieux se rejoindre avec un suspense qui fonctionne bien. Comme le dessin de Toulhoat d’une rare efficacité. La fin d’un premier cycle mais qui en appelle d’autres. Une série phare.

Ira DeiManiakés se lance dans une grande bataille. Tancréde et ses mercenaires normands sont de la partie face à l’émir de Syracuse. Maniakés compte sur l’insubordination de Tancréde qui ira secourir Hagard. Quelques temps avant, Tancréde ramenait Étienne dans une cage mais le moine sait distiller son venin parmi les soldats. Il se souvient de ce qu’il s’est passé après la prise de Taormine, premier exploit des Normands. Puis celle de Catane. Robert s’est installé dans une ferme fortifiée pendant que Harald file le parfait amour avec Eudoxie qui a recueilli la sœur d’Étienne. Tancréde est venu voir Harald car il craint que ses hommes, inactifs, se révoltent. Tancréde pense toujours au royaume qu’on lui a volé par trahison. Ses plus proches amis sont près à le suivre pour le récupérer mais leur destin est pour l’heure en Sicile. Maniakés a rejoint Harald avec ses troupes et retrouve sa sœur Euxodie.

Des histoires de famille qui tournent mal, des manipulations, des trahisons, des morts bien sûr violentes, des batailles terribles et des personnages aux personnalités ambiguës, Ira Dei est un drame épique, romanesque aussi. L’amour est de la fête mais c’est aussi une arme de pouvoir et de dissimulation. Tancréde risque sa peau mais un héros s’en sort toujours. C’est lui qui fait la force de ce diptyque, personnage hors normes et difficile, volontairement, à cerner. Brugeas a su trouver le profil parfait. Et Toulhoat lui donner un relief graphique saisissant de vie. On n’oublie pas Étienne, un danger public.

Ira Dei, Tome 2, La part du diable, Dargaud, 14 €

La part du diable