Les Chevaliers d’Héliopolis T2, Bonaparte l’immortel

Ce qui est imparable avec Jodorowsky, c’est quel que soit son scénario, généralement totalement atypique et déjanté, on y croit. On se laisse prendre à sa narration exubérante et facétieuse. Avec Les Chevaliers d’Héliopolis servi par le dessin enlevé, riche et brillant de Jérémy, on suit les traces de son héros, Louis XVII en rupture du Temple, homme et femme à la fois, en passe de devenir un immortel. Certes c’est pas gagné pour le fils de Marie-Antoinette car les Chevaliers sont des intraitables romantiques aux pouvoirs surhumains. Dans ce tome 2, le comte de Saint-Germain, un des chevaliers, va percer à jour les desseins d’un certain Bonaparte auquel Asiamar, ex-Louis XVII, devra bientôt rendre visite.

Asiamar continue sa formation sous la houlette d’un chevalier, Tadeo capable de tuer et de faire revivre avec sa seule voix. Reçu par tous les chevaliers, il est repris de volée et doit mourir pour mieux renaître. Asiamar accepte l’épreuve malgré les risques. Homme et femme, c’est le comte de Saint-Germain qui va lui donner les bases de sa future mission. Sa cible, c’est Bonaparte que Saint-Germain a accompagné en Égypte. Il a pu ainsi comprendre pourquoi le futur empereur était persuadé que son destin d’immortel passait par la terre des pharaons. Napoléon semble protégé par des forces surnaturelles. Les troupes françaises débarquent et la route du Caire est ouverte. La belle Nadia ensorcelle le petit Corse. L’armée sans eau et à bout de forces arrivent aux pyramides. Nadia emmène Napoléon auprès d’un vieux sage qui va lui dévoiler qui il doit aller voir pour savoir quand et où il doit se rendre pour devenir immortel. Il doit aller à Nazareth rencontrer le rabbi Eliazar âgé de plusieurs siècles.

Albedo, l’œuvre au blanc Tout tourne dans cet épisode autour du personnage de Napoléon à qui Jodorowsky donne une dimension assez terrifiante, diabolique, méprisant l’humain et préoccupé pas son seul avenir. Asiamar va prendre la suite de Saint-Germain. A lui de faire un sort à celui qui va se faire couronner empereur par la pape. Mais quels seront leurs rapports ? Flanqué de Beto, énorme gorille, Asiamar va défier Bonaparte. Toute cette part de fantastique chère à Jodorowsky, de l’action, de la violence et du charme. Une saga que Jérémy fait bouillonner. Où va nous emmener Asiamar ? Tout est possible avec Jodo.

Les Chevaliers d’Héliopolis, Tome 2, Albedo, l’œuvre au blanc, Glénat, 14,95 €