Le Monde et ses strips avec James et ses drôles de femmes

Des femmes et des hommes, et politiques en plus mais pas dans le répertoire connu aujourd’hui. François est devenue Françoise, Manuel c’est Manuela, Martine par contre c’est Martin et ainsi de suite. Même le petit Nicolas se transforme en Nicole. Le tout c’est dans les strips de la matinale du Monde avec James aux crayons pour Françoise, Manuela et les autres. De l’humour beaucoup mais finalement est-ce que cela changerait grand chose dans le tourbillon que nous connaissons, les dérapages, les idées fumeuses. Être femme un avantage ? James en a fait une thèse dessinée qui marque des points et assène des vérités évidentes qui peuvent faire grincer les dents masculines.

Françoise, Manuela et les autresFrançoise est présidente de la République. Manuela sa première ministre. Le pouvoir serait-il aux femmes que l’on dit plus sereines et plus constructives ? Sauf quand on leur envoie des journalistes hommes que les rédactrices-en-chef choisissent parmi les plus mignons. Nicole a elle envie de revenir au pouvoir et il lui faut quelques hommes quand même dans son équipe de campagne soutenue par Laurence. La parité ? Non les femmes d’abord. Stéphanie (Le Foll)  a du mal avec les agricultrices. Micheline (Sapin) se prend les escarpins dans la croissance. Françoise devrait se mettre au régime. Martin qui ressemble à son père aime bien les cons. Plus il y en a mieux ce sera pour les votes. Françoise ne paye plus les fonctionnaires hommes et les vireraient bien tous. Allons bon. Bernadette Cazeneuve va créer des cellules de déradicalisation confiées au PS qui est un spécialiste en la matière après avoir balayé toutes  les idées de la gauche.

Jeanne-Luce, Emmanuelle qui paye l’ISF et se prend depuis pour le messie, le Julot de Françoise, on les piste dans les gags de James. Elles ont un discours encore plus ferme que les hommes qu’elles jugent tout juste capables de garder les enfants, faire la cuisine où être leurs amoureux. Pas de pitié pour les mecs. Et puis elles sont si bien ensemble. Très bien vue cette chronique satirique qui, mine de rien, tape dans le dur. Combien de candidates à la présidentielle ? Une, deux peut-être si Michelle confirme. En plus pour les deux on n’en redemande pas vraiment. Ils sont savoureux ces strips de James. Françoise elle, ne savait même pas que des hommes pouvaient faire de la BD. Voir Angoulême 2016.

Françoise, Manuela et les autres, Glénat, 14,95 €

Françoise, Manuela et les autres