Les Miroirs du crime T2, le fauve est lâché

Une autre actualité pour Noël Simsolo après un excellent Guitry, la sortie du tome 2 des Miroirs du crime en duo avec le non moins talentueux Dominique Hé au dessin captivant. Retour à Pigalle où il y a du cadavre au menu. La guerre du trottoir, la came pour tous, la morale des vieux truands envoyée à la casse, on revient aux fondamentaux du polar noir des années cinquante. Touchez pas au grisbi et Razzia sur la chnouf, Meurtre à Montmartre et Le Fauve est lâché, on n’oublie pas que Simsolo est un grand cinéphile. Natale a du souci à se faire pour ses boites à Pigalle. Saint-Napi veut être le patron de la pègre. Acte deux en flingue majeur.

Les Miroirs du crimeIl n’y a pas que Saint-Napi pour vouloir la peau de Natale. Il y a aussi un filière asiatique qui a mis Marc, un officier para sur l’affaire avec mission de faire le ménage à coup de flingue. A Paris Natale protège Serge qui lui a sauvé la vie deux fois et sa filleule dont le père l’a trahi. Nul n’est parfait. Les flics ont choisi leur camp, celui de Natale pour régler son compte à Saint-Napi qui veut vendre de la drogue en gros même aux gamins. Ils ferment les clubs de Natale. On tente d’enlever Corinne la filleule de Saint-Napi. Serge, qui tue en déclamant du Shakespeare arrive au bon moment et flingue le para recyclé en tueur. Saint-Napi ne veut pas éliminer Natale qui est devenu un symbole de résistance. Il faut qu’il le pousse à s’auto-détruire.

Il faut suivre page à page ce polar bien glacé, on trouve au fil des cases des indices, des pistes, un béret rouge sur la tête d’une beauté et ça va défourailler à tour de bras. Natale a un porte-bonheur, un joli trait scénaristique de Simsolo mais jusqu’à quand ? A suivre ou pas ? Ce tome 2 le mérite car Simsolo laisse une belle porte ouverte dans laquelle tout son petit monde, ou au moins ceux qui restent, pourrait facilement s’engouffrer dans un tome 3 final.

Les Miroirs du crime T2, Carnage blues, Glénat, 13,90 €

Carnage blues