Inferni, bienvenue chez Lucifer

Inferni Il ne le sait pas encore Anton mais il va atterrir dans une succursale de la famille Adams. Dans Inferni, un jeune garçon va découvrir que sa tante est un brin bizarre et que sa maison l’est encore plus. Alors que dire de son oncle qui a disparu. Une histoire savoureuse, drôle et un soupçon maléfique dessinée par Grelin dont on aime particulièrement le travail entre autres avec Jim. Au scénario c’est David Boriau qui mène la danse infernale à un rythme effréné.

Il a neuf ans Anton et quand sa mère en plein divorce le laisse pour un mois chez sa tante, il n’est pas enchanté. La maison est un sorte de vieux manoir lugubre et la tante Méryl ne semble pas ravie de le voir. Un peu paumé Anton découvre que l’animal de la maison est un petit bélier, Méphy. Il y a aussi la pétulante Léonie reine des méga crêpes. Tout irait pour le mieux sauf que Anton découvre qu’une poupée de chiffon hante sa chambre. A l’école quand on apprend qu’il habite chez la sorcière le vide se fait autour de lui. Il n’y a que Alice qui devient sa copine malgré les avertissements de Thad, un jeune garçon mystique. Alice va pouvoir constater que la poupée est bien hantée et Méphy va amener Anton devant le portrait de lui qu’a fait sa tante. Il porte de curieuses cornes.

L'héritage

Petit à petit, au fil des pages, Anton se rend bien compte qu’il y a comme un problème et que ce n’est pas un hasard si il est de retour chez sa tante. Il va découvrir la vérité et en sera stupéfait. On est dans une aventure fantastique mais où l’humour règne avec le dessin de Grelin bien tourné. Des personnages sympathiques mais pas tous évidemment. La suite sera à coup sûr endiablée. Pour les plus jeunes mais aussi pour ceux qui aiment les BD qui surprennent. Il y aura trois tomes.

Inferni, T1 L’héritage, Jungle, 12,95 €