Flic à la PJ, du vrai et du dur

Ludovic Armoët a longtemps été officier de police. Il connait d’autant mieux les faits et méfaits que Eric Corbeyran a scénarisé avec lui dans cette nouvelle série d’affaires de terrain. Flic à la PJ raconte des enquêtes réelles qui ont souvent demandé un travail de fourmi et cette fois, pour ce premier tome, Ludovic va avoir à travailler sur un réseau de trafic de drogue qui se sert de voitures rapides pour des Go Fast. Du vrai cousu main avec Luca Malisan au dessin (Les Seigneurs de la Terre) pour une descente au sein même d’une réalité qui n’est pas obligatoirement celle que nous ressasse bon nombre de polars ou séries TV.

Go fast !

Quand il était enfant à La Réunion, Ludovic voulait déjà être inspecteur de police. Trente ans plus tard Pierre Perret vient dans son commissariat déclarer le vol de sa BMW de collection. Ludovic est à l’antenne du SRPJ d’Évry. Avec lui Polo dont il vaut mieux se méfier, Wil le baraqué et d’autres. Ludovic qui a grossi parie qu’il peut perdre 15 kilos en trois mois. En Espagne la police espagnole met la main sur un curieux trafic de voitures dont celle de Pierre Perret. Mais pourquoi sont-elles en Espagne si ce n’est pour avoir participé à un Go Fast. Ludovic remonte la piste de loueurs de voitures de luxe et avec l’aide d’une autre flic, Chris, il va les pister tout en se souvenant combien sa jeunesse réunionnaise, sa rencontre avec Cécile seront autant de défis avant d’en arriver à faire tomber les truands.

Une série (on aurait tort de dire une de plus) très humaine à bon niveau qui ne fait pas dans le super-héros bien au contraire. Ludovic est aujourd’hui retraité de la fonction publique et consultant. Les affaires dont la série va parler ont existé et sont traitées avec précision, sans emphase tout en mettant en parallèles des rapports au quotidien entre hommes et femmes qui sont des deux côtés de la barrière, s’affrontent. On suit sans décrocher ce Go Fast bien cadré, au dessin expressif et réaliste. Eric Corbeyran connait la musique et Ludovic Armoët lui a fourni une bonne partition qui dévoile les dessous authentiques d’affaires marquantes tout en ajoutant une part sentimentale bienvenue.

Flic à la PJ, Tome 1, Go Fast ! Delcourt, 15,50 €