Valois, ambitions mortelles

L’Histoire de France, au moment d’un tournant capital pour le pays, les Valois prennent le pouvoir à la fin du XVe siècle mais tout est à faire. Unir le pays, se battre, rattacher par la force des provinces, faire face aux ambitions des puissants, c’est ce que va dévoiler, raconter sur une trame historique, dessinée par un spécialiste du genre Jaime Calderón (souvent venu au festival de Palavas), le scénariste Thierry Gloris. Les deux auteurs ont déjà été complices avec l’excellente Isabelle, louve de France sans oublier pour Gloris Les Malgré nous avec Marie Terray.

ValoisQuand meurt le dernier des Capétiens pas question qu’une femme devienne reine de France. Il faudra la guerre de cent ans pour que les Valois prennent la main sur l’avenir de la France. Roi depuis 1484, Charles VIII a bien envie d’agrandir le pays. A Barcelone Blasco pour avoir affronté son rival l’arrogant Carlos doit quitter le pays et rentrer dans les ordres. A Amboise le jeune Henri de Tersac, noble sans argent, quémande un emploi à Messire de Brie. Lettré il devient son secrétaire. A Paris Charles VIII se voit sommé de rendre à l’Autriche l’Artois et la Franche Comté. Son cousin d’Orléans lui conseille de refuser même au prix d’une guerre. Orléans est haï par la sœur du roi, Anne de France qui sent en lui un traitre en puissance. Et à Rome on a attenté à la vie du pape qui veut se venger et envoie son fils Juan Borgia sur la piste des commanditaires. Messire de Brie accompagné d’Henri et du cardinal Della Rovere est partie pour Florence.

Le décor du drame est en place avec ce premier tome. Les alliances vont se former et l’Italie devient une proie. Henri de Tersac va croiser la route de Blasco pour le meilleur et pour le pire. Les Borgia sont à l’affut, méchants de service. Calderón a glissé parmi ses personnages quelques acteurs français comme modèles. De Villeret à Jugnot, sauf erreur bien sûr mais c’est bien vu. Son dessin a toujours cette fougue évocatrice et la beauté du diable si besoin. L’intrigue de Gloris est dans la lignée des bonnes fresques de cape et d’épée, parsemée de données politiques, de coups tordus, de grandes batailles. Excellent début.

Valois, Tome 1, Le Mirage italien, Delcourt, 14,50 €

Le Mirage italien